BFM Business

Taxis Bleus rappelle à l’ordre les chauffeurs sur le paiement par carte

Pour payer par carte, Taxis Bleus rappelle que le mieux est d'utiliser son appli qui permet le débit automatique.

Pour payer par carte, Taxis Bleus rappelle que le mieux est d'utiliser son appli qui permet le débit automatique. - Miguel Medina - AFP

La société de taxi hausse le ton contre les chauffeurs qui n’appliquent pas la loi, en refusant les paiements par carte. Elle leur rappelle que c’est une obligation légale depuis le 1er janvier, et incite les clients à réagir en cas de refus.

En France, les taxis doivent accepter les paiements par carte. C’est l'une des nouveautés de la loi Grandguillaume qui est entrée en vigueur le 31 décembre 2016. Face à la réticence de certains chauffeurs, la société Taxis Bleus a décidé de hausser le ton.

Dans un communiqué, elle rappelle cette obligation aux membres de son réseau qui doivent "être équipé[s] d'un terminal de paiement par carte bancaire en état de fonctionnement et d'une imprimante, connectée au taximètre, permettant l'édition automatisée de la note informant le client du prix total à payer".

Ne pas accepter le coup de la panne

Mais surtout, et c’est une première, la société qui appartient au Groupe G7 informe les clients des recours en cas de refus d’un paiement par carte. "Si le chauffeur refuse catégoriquement de prendre la carte bancaire en-dessous d'un certain montant ou vous propose de vous conduire à un distributeur pour retirer de l'argent" la société les enjoint de "contacter la centrale de réservation à laquelle le taxi est affilié". Et même de "déposer une réclamation auprès de la Préfecture de Police".

Avant d’en arriver à des situations extrêmes, Taxis Bleus donne aussi quelques conseils. Elle rappelle aux clients que les applis permettent le débit automatique. Mais aussi, qu’il est possible de contacter sa centrale pour un paiement à distance par téléphone, en cas de panne du terminal de paiement. Enfin, pour les taxis en station ou aux aéroports, elle informe que les clients peuvent choisir dans la file le taxi qui est équipé d'un terminal carte bancaire, "une pratique autorisée et méconnue des clients".

Pascal Samama