BFM Business

Tavares met les salariés au coeur de sa stratégie de redressement d'Opel

Après l'annonce du rachat de la filiale européenne de GM, Carlos Tavares confie à BFM Business que le projet de redressement d'Opel et Vauxhall devra être porté par les salariés des deux groupes. "Nous devons leur donner les moyens d'être maîtres de leur destin", affirme-t-il.

PSA a désormais changé de dimension. Lundi, le groupe a annoncé le rachat de la filiale européenne de General Motors, qui comprend Opel et Vauxhall. Ce qui fait de PSA le deuxième constructeur européen après Volkswagen.

Lors du salon de Genève, le président du directoire PSA, Carlos Tavares est revenu sur cette opération qui va nécessiter le redressement d'Opel, le groupe accumulant les pertes depuis plus de 15 ans. Il a ainsi expliqué à BFM Business que le principal objectif était de mettre les salariés au cœur du projet.

"Libérer le potentiel" des employés d'Opel

"La première mesure c'est de faire en sorte que les collaborateurs d'Opel se sentent portés et enthousiastes par la reconstruction économique de leur propre entreprise. Je suis évidemment totalement convaincu que nous avons des gens de qualité chez Opel et Vauxhall avec de l'éducation du talent et la passion de l'entreprise", a-t-il affirmé.

"La première chose que nous devons faire c'est leur demander de construire leur propre plan de reconstruction économique de l'entreprise, de les mettre en situation de libérer leur potentiel pour mettre en œuvre ce plan et de redresser la société, de façon à ce que, plus tard, ils en soient fier", a-t-il poursuivi.

Carlos Tavares compte ainsi aller "à la rencontre des salariés" pour "leur expliquer ce que nous avons fait chez PSA, expliquer la possibilité de bénéficier de toutes les bonnes choses faites chez PSA, de comparer leurs performances à celles de PSA dans tous les compartiments du jeu et de leur donner les moyens d'être maîtres de leur destin".

J.M.