BFM Business

Scandale Volkswagen: 45 jours pour se racheter en Californie

En Californie, un des Etats américains les plus sévères en matière de pollution, Volkswagen a 45 jours pour réparer ses moteurs.

En Californie, un des Etats américains les plus sévères en matière de pollution, Volkswagen a 45 jours pour réparer ses moteurs. - Scott Olson - AFP

La Californie met le constructeur allemand sous pression. Elle a indiqué mercredi lui donner 45 jours pour réparer ses moteurs truqués. Cela concerne les modèles Audi, Porsche et Volkswagen de 2009 à 2015.

La Californie a donné mercredi 45 jours au constructeur allemand Volkswagen pour présenter un plan de modification de ses véhicules équipés de moteurs diesels de trois litres, truqués pour déjouer les normes antipollution. Dans une notice placée sur son site, le CARB (California Air Resources Board) indique que les modèles concernés sont des millésimes 2009 à 2015 des marques Volkswagen, Porsche et Audi.

"Les marques ont à partir de maintenant 45 jours pour mettre au point leur plan de modification et le présenter au CARB", souligne le document. "Cette initiative résulte du fait que des responsables d'Audi, qui fabrique les moteurs concernés, ont admis que les véhicules comportaient au moins trois logiciels de contrôle d'émissions", ajoute-t-on de même source. La Californie applique des normes de pollution plus sévères que la plupart des autres Etats américains.

Audi nie avoir voulu frauder

Volkswagen avait indiqué la semaine dernière avoir transmis une proposition de solution aux autorités américaines et californiennes pour les moteurs diesels de deux litres de cylindrée, également mis en cause. Volkswagen a reconnu que onze millions au total de véhicules diesel de ses différentes marques possédaient des logiciels truqueurs, un immense scandale mis à jour par les autorités américaines en septembre, auquel est venu s'ajouter une autre tromperie en Europe sur le niveau d'émissions de CO2 affiché par certaines voitures.

Audi avait indiqué lundi que la remise aux normes des moteurs de trois litres allait lui coûter près de 50 millions d'euros. Il avait précisé avoir reconnu auprès des autorités américaines que ces derniers étaient équipés d'un logiciel baptisé AECD (Auxiliary Emission Control Device). Audi estime que le logiciel n'était pas destiné à frauder mais à aider à la mise en température du système de retraitement des gaz d'échappement afin de réduire les émissions de CO2. Le constructeur d'Ingolstadt avait toutefois admis n'avoir pas déclaré le logiciel aux régulateurs comme l'exige la législation américaine.

N.G. avec AFP