BFM Business

Salon du Bourget: Boeing remporte le match face à Airbus

Boeing a défait Airbus

Boeing a défait Airbus - Christohpe Archambault

L'avionneur américain a, durant le salon, engrangé nettement plus de commandes et d'engagements que son rival Airbus, grâce notamment à la présentation de son nouveau 747.

Cette édition 2017 du Bourget s'achève finalement sur une note plutôt bonne. La moisson n'a pas été si mauvaise pour Airbus et Boeing, surtout quand on sait que les carnets de commandes des deux avionneurs sont déjà bien remplis (celui du groupe européen représente déjà près de 10 années de production) et que, donc, les besoins des compagnies aériennes sont moins importants.

Au petit jeu de la comparaison, Boeing ressort comme le grand vainqueur de cette édition 2017, avec des commandes et des engagements d'achats pour 74,8 milliards de dollars au prix catalogue, là où Airbus a lui engrangé, commandes et engagements compris, 39,7 milliards de dollars. En 2015, les deux groupes rivaux avaient obtenu pour 107 milliards de commandes et engagements contre, donc, 114 milliards cette année.

Cette défaite, Fabrice Brégier, le directeur général délégué d'Airbus l'avait anticipée. "Nous n'avons pas de nouvel avion, contrairement à Boeing qui va lancer le MAX 10 et va certainement annoncer un paquet de commandes", avait-il affirmé aux Échos, deux semaines avant le salon.

En effet "l'aéronautique est une industrie spéciale où quand vous lancez un appareil vous avez des 'clients de lancement' qui partagent les risques avec les constructeurs et s'engagent dès le départ en ayant une visibilité réduite sur les avantages réels", expliquait en avril à BFMbusiness.com Yan Derocles, analyste chez Oddo.

Le succès du 737 MAX-10

Boeing a ainsi annoncé pas moins de 361 commandes et engagements sur ce nouvel avion destiné à concurrencer à l'A321 neo. Il faut toutefois souligner que sur ces 361 unités, 214 sont en fait des conversions d'anciens modèles de 737.

"Cet attrait du marché consacre le 737 MAX-10 comme le monocouloir le plus rentable et le plus efficace de l'industrie", a clamé l'avionneur dans un communiqué.

Boeing a par ailleurs ajouté pas moins de 368 autres commandes et engagements sur la famille 737 MAX. Ce à quoi s'additionnent 56 commandes et engagements sur les avions long-courrier (787-777).

Airbus défait

Airbus endosse donc le costume du vaincu, cette année, comme cela était déjà le cas en 2015. "Est-ce que nous reconnaissons que Boeing a vendu quelques avions de plus que nous? Oui. Nous avons eu 42% du marché (cette année au Bourget, ndlr) et eux le reste. En termes de commandes fermes nous avons été à 50-50", a relativisé son directeur commercial John Leahy. "Cette année est une année ralentie en termes de commandes, c'est un cycle, il est à son niveau bas", a-t-il ajouté.

L'avionneur européen a néanmoins résisté. Le succès de son best-seller, la famille A320 ne s'est d'ailleurs pas démenti durant le salon. Sur ce segment, l'avionneur européen a ainsi récolté pour 33,8 milliards de dollars de commandes et engagements.

Le long-courrier a été moins prolifique pour l'avionneur européen. Airbus a toutefois annoncé une commande de 10 A350 pour la compagnie Ethiopian Airlines, un avion dont les achats ne sont pas légion ces derniers temps.

Par ailleurs, si Airbus n'a pas annoncé de commandes fermes sur son super jumbo, l'A380, Tom Enders, le PDG d'Airbus, a assuré à BFM Business que la nouvelle version présentée lors de ce salon, l'A380+ avait donné lieu à "des discussions avancées avec plusieurs clients potentiels" dont Emirates.

Julien Marion avec agences