BFM Business

Renault Trucks: les syndicats confirment la suppression de 508 emplois

128 emplois devraient être supprimés sur le site de Blainville-sur-Orne de Renault Trucks.

128 emplois devraient être supprimés sur le site de Blainville-sur-Orne de Renault Trucks. - Crédits photo : nom de l'auteur / SOURCE

La CFDT de la filiale française de Volvo précise que 319 postes sont visés à Lyon, dans un communiqué publié ce mercredi 19 mars. Les autres sites concernés se situent à Bourg-en-Bresse et à Blainville.

La direction de Renault Trucks a confirmé son plan de restructuration aux syndicats. Lors d'un comité central extraordinaire, ce mercredi 19 mars, elle a annoncé que 508 emplois seraient bien supprimés en France.

319 postes seront supprimés à Lyon (Rhône), 128 à Blainville (Orne), et 61 à Bourg-en-Bresse (Ain). Outre ces postes, en CDI, 800 prestataires et intérimaires devraient disparaître, souligne la CFDT dans un communiqué.

Le syndicat s'inquiète des "conséquences psycho-sociales et de la charge de travail pour les salariés qui resteront" et appelle la direction à la "vigilance" sur ce point.

Le syndicat "condamne" ces suppressions d'emplois, "conséquence" selon elle "des gains de rentabilité exigés par les actionnaires", et parle de "licenciements boursiers".

Volvo, propriétaire depuis 2001, applique un plan de restructuration mondial

Renault Trucks dispose de plusieurs sites de production en France, où il emploie la majorité de ses salariés. En 2001, cette ancienne branche de Renault, spécialisée dans les véhicules industriels, avait été cédée à Volvo AB.

Renault était, dans un premier temps, resté présent, en prenant 20% du capital de Volvo AB. Fin 2012, le constructeur français a vendu cette participation, actant sa sortie définitive de l'activité.

Le groupe Volvo, qui emploie 8.900 personnes en France, prévoit actuellement un plan de restructuration qui réduirait ses effectifs de 4.400 personnes dans le monde.

J.S avec AFP