BFM Business

Renault s'offre PVI, le spécialiste français des utilitaires propres  

Le Groupe Renault souhaite développer une gamme complète de véhicules utilitaires électriques. (image d'illustration)

Le Groupe Renault souhaite développer une gamme complète de véhicules utilitaires électriques. (image d'illustration) - Renault Marketing 3D Commerce

En vue d'accélérer le développement de sa gamme de véhicules utilitaires et industriels plus respectueuse de l'environnement, le Groupe Renault vient d'acquérir PVI, spécialiste des motorisations fonctionnant au gaz naturel ou à l'électricité.

Le Groupe Renault mise toujours plus sur les véhicules propres. Après avoir réussi à s'imposer comme leader français du marché des véhicules électriques grâce à ses Twizy, Fluence Z.E., Kangoo Z.E. et autres Zoé, Renault souhaite désormais développer des modèles "écolos" répondant aux attentes des professionnels (artisans, transporteurs, ...) 

Pour y parvenir, le groupe vient de mettre la main sur PVI (Power Vehicle Innovation). Cette entreprise française est spécialisée, depuis le début des années 1990, dans la conversion des véhicules utilitaires ou industriels (camions légers) à l'électricité ou au gaz naturel. Jusqu'à présent sous-traitant de Renault, PVI a récemment mis au point une déclinaison électrique du Master, le grand fourgon de la marque au losange. 

"Cette acquisition s'inscrit dans le cadre de la stratégie du Groupe de développer son activité en proposant une gamme complète de véhicules utilitaires électriques et de services connectés" indique dans un communiqué Ashwani Gupta, le directeur de la division véhicules utilitaires du groupe.

Ce dernier précise que "PVI apportera à Renault son savoir-faire et son outil industriel léger et flexible" tandis que le constructeur promet, en échange, "des économies d'échelle sur l'achat de composants". En s'offrant PVI, Renault fait également entrer dans son giron Escal, sa filiale spécialisée dans la distribution, l'installation et la maintenance de systèmes de sécurité pour engins de levage.

Renault, qui n'a pas révélé le montant de la transaction, précise avoir intégré les 93 salariés des deux entités dans sa division véhicules utilitaires.

Antonin Moriscot Journaliste BFMTV