BFM Business

Renault propose 3.000 recrutements en CDI en France sur trois ans

Renault avait recruté 3.000 CDI entre 2014 et 2016

Renault avait recruté 3.000 CDI entre 2014 et 2016 - Joel Saget - AFP

Pour convaincre ses syndicats de signer un nouvel accord de compétitivité, le groupe au losange a proposé plusieurs milliers d'embauches d'ici à 2019.

La direction de Renault tente de se séduire les syndicats.Ce vendredi 4 novembre, lors de la cinquième journée de négociation avec les représentants du personnel sur un nouvel accord de compétitivité, le groupe a proposé de recruter 3.000 personnes sur la période 2017-2019.

La moitié de ces embauches serait opérée sur les usines du groupe, l'autre sur les autres sites de l'entreprise. Ce qui viendra s'ajouter au 3.000 recrutements prévus et/ou effectués par le groupe en 2016 et 2015.

Renault compte également recruter, sur cette même période, 6.000 apprentis et contrats jeunes dont une parie devrait ensuite être transformée en CDI.

9.200 départs entre 2014 et 2016

Interrogée par l'AFP sur les départs naturels prévus pendant la même période, la direction n'a pas donné de chiffres. Mais selon les calculs de la CFE-CGC (1er syndicat), ces recrutements compenseront à peine le nombre de départs naturels (retraite, démission, décès) des trois prochaines années.

L'accord en négociation doit succéder à l'accord de compétitivité de 2013 qui, selon la direction, se soldera à fin 2016 par 9.200 départs sur trois ans et 3.000 embauches (contre 730 prévues initialement) dont une partie seront réalisées en 2017.

À titre de comparaison, PSA s'est engagé à 1.000 embauches en CDI pour les trois prochaines années dans son dernier accord pluriannuel signé pendant l'été.

Le taux d'intérimaires divisé par deux

La direction de Renault s'est aussi engagée à diviser par deux le taux d'intérimaires et à mieux les intégrer au sein des équipes.

Selon plusieurs syndicats, il y a actuellement entre 8.500 et 9.000 intérimaires sur les sites de fabrication, où leur proportion dépasse en moyenne les 50%.

Autre thème évoqué durant cette séance: le dialogue autour de la qualité du travail avec par exemple la création d'un "temps dédié" pour que les salariés puissent s'exprimer sur "leur capacité à bien faire leur travail", selon la CFDT.

Dans le périmètre de l'accord (Renault SAS et sept filiales industrielles), Renault recensait 35.000 salariés fin 2015.

J.M. avec AFP