BFM Business

Renault-Nissan, premier constructeur automobile mondial en 2017?

Carlos Ghosn, patron de Renault-Nissan, sera l'invité en direct à 7h15 de Good Morning Business vendredi 30 septembre .

Carlos Ghosn, patron de Renault-Nissan, sera l'invité en direct à 7h15 de Good Morning Business vendredi 30 septembre . - BFM Business

Volkswagen, Toyota et General Motors se partagent aujourd'hui les trois places du podium. Mais l'alliance pourrait les surpasser dès l'an prochain.

Renault-Nissan, numéro 1 mondial de l’automobile? Pour l'heure, l’alliance n'a même pas sa place sur un podium où trônent Volkswagen, Toyota, et General Motors. Mais fin 2017, la donne aura changé. Et Renault-Nissan pourrait bien ravir le titre à ses trois principaux concurrents dans le monde. 

Une véritable victoire pour Carlos Ghosn. Lorsqu’il a pris les commandes de Renault, en 2005, le PDG de Nissan décide d’appliquer chez Renault les méthodes qui ont fait le succès du constructeur japonais. Comme il aime à le rappeler, après les voitures à vivre, il insiste pour que Renault produise désormais des voitures à vendre. Il se lance dans une vaste offensive, qui passe notamment l’internationalisation de la marque française. Objectif assigné aux équipes commerciales: installer Renault sur des marchés à forts potentiels.

Et le succès est au rendez-vous. En Chine, les premiers mois de commercialisation du Kadjar sont très encourageants, dixit l’un de ses concurrents. En Inde, la petite Kwid y fait un véritable carton. Renault a déjà engrangé plus de 100.000 commandes et les acquéreurs doivent accepter de patienter 7 mois avant d’être livrés. Fort de son succès indien, l’ultra low cost de Renault va débarquer prochainement sur d’autres marchés, comme le Brésil.

Belle performance en Europe

Même en Europe, Renault fait mieux que le marché avec une croissance de plus de 8% depuis le début de l’année. Le Scénic, 4ème génération (plus crossover que monospace) représente aujourd’hui 1 vente sur 4.

Si on ajoute les ventes d’Avtovaz, le constructeur russe détenu par Renault et Nissan, le cap des 10 millions de véhicules annuel est presqu'atteint. La maison mère de Lada a en effet été restructurée en profondeur et la gamme modernisée avec le lancement prochainement d’un crossover.

La prise de participation de Nissan dans le capital de Mitsubishi, attendue pour la fin de l’année, devrait ensuite augmenter mécaniquement les ventes de l'alliance de 1 million de véhicules. De quoi dépasser de peu le numéro un du moment, Volkswagen (10,8 millions prévus). Et de passer ainsi de la quatrième à la première place d’un seul coup.

Dans un entretien aux Echos, Carlos Ghosn considère d'ailleurs cet objectif comme "tout à fait atteignable": "Nous ne sommes dans une logique de convergence, qui s'amplifierait avec Mitsubishi. Notre future Alliance dépasserait les 10 millions de voitures au niveau mondial. L'objectif d'intégrer le Top 3 mondial serait atteint. La place de numéro un mondial n'est pas une priorité. Mais sur le fond, c'est tout à fait atteignable... En 2016 et 2017, cela se jouerait à quelques milliers de voitures".

Mathieu Sévin