BFM Business

Renault: Muriel Pénicaud juge le salaire de Carlos Ghosn "excessif"

Muriel Pénicaud, ministre du Travail

Muriel Pénicaud, ministre du Travail - Eric FEFERBERG / AFP

La ministre du Travail s'est opposée à la rémunération de 7,4 millions d'euros du PDG de Renault au titre de l'année 2017, estimant que le partage de la valeur ne doit pas être "que pour quelques-uns".

Alors que l’Assemblée générale de Renault se réunit ce vendredi, l’État français qui détient 15% du capital de l’entreprise devrait voter contre la rémunération de son PDG, Carlos Ghosn, à hauteur de 7,4 millions d’euros au titre de l’année 2017.

"Notre rôle est de veiller à l’équilibre sur le partage de la valeur. Il est normal que les chefs d’entreprise qui prennent beaucoup de risque, qui ont une responsabilité importante, prennent une rémunération à la hauteur, mais il y a des proportions", a expliqué sur LCI la ministre du Travail, Muriel Pénicaud.

Selon elle, le montant de la rémunération "est excessif", mais "c’est le conseil d’administration qui décide", a-t-elle ajouté.

"L'État a son mot à dire"

"Il y a quelque chose de très important: c’est que le partage de la valeur ne soit pas que pour quelques-uns. C’est pour cela qu’avec Bruno Le Maire, nous allons élargir dans la loi Pacte l’intéressement et la participation pour que plus de salariés y aient droit", a poursuivi Muriel Pénicaud.

Et la ministre du Travail de conclure en rappelant que "ceux qui créent la valeur, ce n’est pas un homme tout seul, c’est toute l’entreprise, donc il faut que tout le monde ait un retour du partage de la valeur. […] L’État a son mot à dire".

P.L avec AFP