BFM Business

PSA souscrit un prêt de 3 milliards d'euros pour sécuriser ses finances face au coronavirus

La direction de PSA propose la création d'un fonds de solidarité pour aider les salariés en chômage partiel

La direction de PSA propose la création d'un fonds de solidarité pour aider les salariés en chômage partiel - ERIC PIERMONT - AFP

Alors que le constructeur français continue de préparer sa fusion avec l'italo-américain FCA, la crise bouscule largement le secteur de l'automobile dont les ventes s'effondrent.

Le constructeur automobile français PSA (Peugeot, Citroën) a annoncé lundi avoir souscrit un emprunt de 3 milliards d'euros auprès de plusieurs banques pour renforcer sa sécurité financière dans le contexte d'épidémie de coronavirus.

"Cette opération renforce notre capacité à faire face à cette situation exceptionnelle et à préparer l'avenir. C’est aussi une marque de confiance de nos banques partenaires dans la solidité financière" du groupe, a déclaré le directeur financier, Philippe de Rovira, cité dans un communiqué.

17 milliards de cash

Ce crédit syndiqué est d'une maturité initiale de 12 mois qui peut être prolongée d'un à deux trimestres additionnels", a précisé PSA. Il "s'ajoute à une ligne de back up confirmée et non tirée de 3 milliards d'euros pour un montant total de 6 milliards d'euros".

Le constructeur français, actuellement en cours de fusion avec le groupe italo-américain Fiat Chrysler (FCA), disposait en fin d'année dernière d'un matelas financier confortable. Il affichait 23 milliards de sécurités financières (des liquidités mobilisables rapidement), dont 17 milliards de cash, en incluant l'équipementier automobile Faurecia dont il détient 46%.

Cependant, la pandémie de Covid-19 contraint actuellement tous les constructeurs automobiles à brûler du cash à un rythme soutenu. Ils doivent notamment régler les salaires de milliers de salariés et continuer d'investir pour préparer l'avenir alors que les ventes de voitures sont à l'arrêt et avec elles les entrées d'argent.

TL avec l'AFP