BFM Business

Pourra-t-on bientôt aller de Londres à Tokyo en train?

La Russie et le Japon réfléchiraient à prolonger le Transsibérien. Un trajet de plus de 10.000 kilomètres.

Et si Londres et Tokyo étaient reliées en train? Un vieux fantasme de 10.000 kilomètres qui pourrait devenir une réalité. Un journal japonais, Sankei Shimbun, rapporte que des discussions sur le sujet auraient lieu entre la Russie et le Japon. Des négociations qui tombent à point nommé puisque Vladimir Poutine se rendra en visite officielle à Tokyo en décembre. Le journal précise que le gouvernement japonais a déjà commencé à discuter avec des entreprises nippones pour compléter l'équipement existant (système de signalisation et nouveaux rails, entre autres). De son côté, la Russie en profiterait pour faire passer le tronçon Moscou-Kazan en grande vitesse.

L'idée est de prolonger le Transsibérien, le chemin de fer le plus long du monde dont la construction a commencé en 1891 et s'est achevée en 1916. Il existe quatre lignes de ce train mythique et celle qui pourrait être étendue est la plus récente, la Magistrale Baïkal-Amour, qui va jusqu'à Sovetskaya Gavan en 7 jours (s'il n'y a pas d'escale). Depuis cette localité, le train remonterait jusqu'à Lazarev. De là, il rejoindrait l'île russe de Sakhin par un pont ou un tunnel, puis celle japonaise de Hokkaido grâce à un tunnel comme celui qui rejoint l'Angleterre à la France. Les difficultés sont donc ces deux traversées qui mesurent respectivement 7 et 42 kilomètres. La prolongation du côté ouest sera bien plus facile puisque la ligne ne traverse pas de mer. En revanche, mauvaise nouvelle pour la France, le tracé qui semble être privilégié ne passe pas par l'Hexagone.

Les îles Kouriles dans la balance

L'idée est évidemment d'accentuer les échanges commerciaux et touristiques entre les deux pays. Mais le gouvernement russe compte également, selon Siberian Times, accélérer le développement de la Russie Extrême-Orientale puisque le train va traverser des régions peu peuplées.

Néanmoins, outre les considérations techniques, un obstacle risque de ralentir ce projet. Ce rêve de relier Londres à Tokyo n'est pas nouveau et revient régulièrement sur le devant de la scène. Staline y a pensé dans les années 50 mais le projet a été abandonné à sa mort en 1953. En 2011, Vladimir Poutine a remis l'idée sur la table en déclarant: "Il est possible de connecter nos chemins de fer avec le Japon grâce à un tunnel". Et si rien n'a été fait jusqu'à présent, c'est parce que la Russie et le Japon sont toujours en discussion sur un désaccord territorial qui date de la Deuxième Guerre Mondiale: les îles Kouriles sous administration russe sont revendiquées par le Japon. L'autre question est évidemment le coût. En 2013, le Telegraph estimait que ce projet pouvait coûter 6,4 milliards de livres, soit plus de 7 milliards d'euros.

-
- © Siberian Times
Diane Lacaze (texte) et Marion Nompain (vidéo)