BFM Business

Pour Bruno Le Maire, l'industrie automobile française "a trop délocalisé"

Invité de BFM Business, le ministre de l'Economie donne les grands axes pour la reprise du secteur automobile français et notamment la nécessité de relocaliser certaines parties de la production.

Comment accompagner au mieux la reprise du secteur automobile français particulièrement touché par la crise due à l'épidémie de coronavirus? Invité de Good Morning Business ce lundi, Bruno Le Maire, le ministre de l'Economie, met en avant différents axes.

Il y a bien sûr l'accent sur la transition écologique, "première orientation" pour l'industrie automobile. Mais le locataire de Bercy insiste sur d'autres points. "La deuxième, c'est gagner en compétitivité: si on veut garder des sites en France, il faut qu'on soit compétitifs par rapport à d'autres lieux de production partout ailleurs à travers la planète".

Relocaliser pour bénéficier du soutien de l'Etat

"Et puis la troisième orientation, c'est la relocalisation. Je pense que l'industrie automobile française a trop délocalisé. Elle doit pouvoir relocaliser certaines productions et c'est l'équilibre entre ces trois orientations qui doit nous permettre d'avoir une industrie automobile plus forte à la sortie de la crise", martèle Bruno le Maire.

Rappelons que le secteur a été particulièrement touché par l'arrêt de nombreuses usines en Chine, qui produisent une part importante des pièces détachées pour les constructeurs, ce qui a eu des conséquences néfastes sur la production de véhicules. 

Au-delà de cet appel, c'est un marché que propose le ministre au secteur. "Nous sommes prêts à vous aider, nous sommes prêts à améliorer par exemple les primes à la conversion, nous sommes prêts à regarder ce qui peut améliorer votre compétitivité sur le site de production français, la contrepartie ça doit être quelle relocalisation est-ce que vous envisagez".

>> Retrouvez l'intégralité de l'interview de Bruno Le Maire en vidéo ici. 

Olivier Chicheportiche