BFM Business

Plastic Omnium va racheter les pare-chocs de Faurecia

Faurecia va vendre son activité pare-choc à son concurrent Plastic Omnium.

Faurecia va vendre son activité pare-choc à son concurrent Plastic Omnium. - Mychele Daniau - AFP

Faurecia est sur le point de vendre son activité de pare-chocs à Plastic Omnium, après la signature d'un protocole d'accord annoncé ce lundi, qui valorise cette activité à 665 millions d'euros.

Grandes manoeuvres chez les équipementiers automobiles français: Plastic Omnium veut acquérir l'activité pare-chocs de Faurecia pour être davantage présent auprès de ses clients allemands haut de gamme et se hisser parmi les grands fournisseurs mondiaux.

Faurecia, contrôlée par le groupe automobile PSA Peugeot Citroën, a signé avec Plastic Omnium un protocole d'accord pour lui céder son activité de fabrication de pare-chocs et de modules de bloc avant, une transaction "basée sur une valeur d'entreprise de 665 millions d'euros", ont expliqué les deux entreprises lundi soir.

Deux milliards de chiffre d'affaires

L'opération doit encore recevoir le feu vert des autorités européennes. L'activité concernée, "Automotive Exteriors" a généré un chiffre d'affaires de deux milliards d'euros en 2014 et emploie 7.700 personnes dans 22 sites industriels, a souligné Faurecia dans un communiqué. Faurecia dépasse largement Plastic Omnium en taille puisqu'il a réalisé 18,8 milliards d'euros de chiffre d'affaires en 2014, contre 5,3 milliards à la firme de Levallois-Perret.

Pour cette dernière, dirigée par Laurent Burelle, "cette acquisition donnera une nouvelle dimension à Plastic Omnium et lui permettra de mieux servir ses clients à travers le monde". Les sites industriels en question se trouvent "en Allemagne, en France, en Espagne, en Slovaquie et en Amérique du nord et du sud", a détaillé Plastic Omnium, en insistant sur le fait que "la moitié du chiffre d'affaires provient d'Allemagne". Or, a remarqué Laurent Burelle lors d'une conférence téléphonique lundi soir, Plastic Omnium "n'était plus présent en Allemagne de manière industrielle dans cette activité-là".

3.300 employés dont 2.000 en France

"Nous passons à l'acquisition de sept usines en Allemagne et d'un centre de recherche et développement, qui nous rapproche de nos clients et permettra d'accélérer la mondialisation de ces clients 'premium'", a-t-il ajouté, en référence aux prospères marques de luxe allemandes: Mercedes-Benz, BMW et Audi (groupe Volkswagen).

La branche de Faurecia que convoite Plastic Omnium emploie 3.300 personnes outre-Rhin et 2.000 en France, selon la même source. La société va ainsi devenir "un acteur global de plus de huit milliards d'euros de chiffre d'affaires, parmi les 25 plus grands équipementiers automobiles mondiaux", selon Plastic Omnium, "un facteur d'accélération de développement du groupe" pour M. Burelle, dans un contexte de globalisation des plateformes automobiles. Plastic Omnium a publié pour 2014 un résultat net part du groupe de 220,4 millions d'euros, en hausse de 14%.

Disparition de la dette du groupe

De son côté, Faurecia a affirmé que cette opération, "qui devrait être finalisée au cours de l'année 2016", aboutira à "la disparition quasi totale de la dette nette du groupe". "Faurecia sera alors en mesure d'accélérer ses investissements dans des technologies à forte valeur ajoutée pour ses activités" de contrôle des émissions, des sièges et des systèmes d'intérieurs, selon la société qui, en 2014, a doublé son bénéfice net à 166 millions d'euros.

En se séparant de cette branche, Faurecia veut "dynamiser et faire monter en gamme (sa) structure d'activités", a affirmé son directeur financier, Michel Favre, lors d'une conférence téléphonique. Faurecia restera présent dans les composants extérieurs à hauteur de 85 millions d'euros de chiffre d'affaires pour notamment servir l'usine Smart de Hambach (Moselle) et développer les matériaux composites, un secteur "stratégique", selon Michel Favre.

N.G. avec AFP