BFM Business

Permis de conduire : une remise à niveau pour les séniors ?

L'instauration de visites médicales pour les conducteurs les plus âgés est une idée de longue date. Déjà en 2002, Gilles de Robien, ministre des Transports à l'époque, évoquait cette possibilité.

L'instauration de visites médicales pour les conducteurs les plus âgés est une idée de longue date. Déjà en 2002, Gilles de Robien, ministre des Transports à l'époque, évoquait cette possibilité. - -

Les sénateurs se penchent ce jeudi sur une proposition de loi visant à instaurer un contrôle médical pour les conducteurs âgés de 70 ans et plus. Le but : vérifier qu’ils ne sont pas dangereux pour eux-mêmes et pour les autres. Les sénateurs sont divisés entre pour et contre.

Perte de réflexes, baisse de la vue et de la concentration... les personnes âgées sont-elles des dangers au volant ? C’est la question que se posent ce jeudi les sénateurs. En effet, les élus se penchent sur une proposition de loi d'Yves Détraigne, un élu centriste qui veut instaurer une évaluation médicale à partir de 70 ans pour tous les conducteurs. Le but : vérifier qu'ils ne sont pas des dangers ambulants, pour eux-mêmes mais aussi pour les autres. Cet examen devrait ensuite être repassé tous les 5 ans. Mais le texte, jugé trop discriminatoire a été rejeté au préalable par la Commission des lois.

La France en queue de peloton de la visite médicale

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (Onisr), la part de responsabilité dans les accidents avec atteinte corporelle augmente avec l'âge : 40,86% de 25 à 64 ans, 48,92% de 65 à 74 ans, 60,6% au-delà de 75 ans. Il propose également un stage de remise à niveau obligatoire en cas d'interdiction partielle de conduire. La France figure d'exception en Europe: de nombreux pays (Royaume-Uni, Espagne, Danemark, Finlande, Norvège, Hongrie, Pays-Bas...) imposent une visite médicale aux personnes âgées.

« A 70 ans et plus on n’a pas les réflexes que l’on a à 20 ans »

Yves Détraigne est sénateur de la Marne. C’est lui qui est à l’origine de la cette proposition. Il estime indispensable une mise à niveau pour les conducteurs les plus âgées qui selon lui n’ont plus obligatoirement les bons réflexes et peuvent par conséquent être dangereux pour eux-mêmes mais également pour les autres. « La France, explique le sénateur, est un des derniers pays à délivrer un permis de conduire à vie. Or, il faut bien reconnaitre qu’à partir de 70 ans et plus on n’a pas les réflexes que l’on a à 20 ou 30 ans. On a la vue qui baisse, l’audition qui baisse et on est dans une situation où il y a de plus en plus de circulation et où la vitesse augmente. En plus, il y a tous les panneaux que les personnes ayant passé leur permis avant les années 60 n’ont pas appris. Autant une personne de 40, 50 ans s’adapte facilement autant une personne de 70 ne s’adapte pas de la même manière ».

« Ne pas stigmatiser les personnes âgées »

Virginie Klès, sénatrice d'Ille-et-Vilaine, a voté contre la loi en commission. Pour elle, cette mesure est discriminatoire. Elle avance pour argument le risque d’isolement des personnes âgées pour qui la voiture est un lien avec la société. « On accentue de manière contrainte et forcée l’isolement de certaines personnes âgées. Donc elles ne vont plus pouvoir sortir, plus pouvoir faire leurs courses. La santé physique peut décliner, la santé morale peut décliner aussi. Cette mesure, c’est déplacer le problème avec un coût social et humain important. Il ne faut pas stigmatiser les personnes âgées. On peut faire des restrictions au permis de conduire pour tout un tas de raisons. Pas seulement parce qu’on a plus de 70 ans ».

Tugdual de Dieuleveult avec J.Morin