BFM Business

Paris dément l’interdiction en 2020 des motos achetées avant 2015

En 2020, l’interdiction ne concernera que les engins mis en circulation en 2004, et qui auront donc une quinzaine d’années.

En 2020, l’interdiction ne concernera que les engins mis en circulation en 2004, et qui auront donc une quinzaine d’années. - Pierre Andrieu - AFP

La polémique enflait et inquiétait les motards parisiens propriétaires d'un engin acheté neuf avant juillet 2015. Non, les rues de Paris ne leurs seront pas interdites à compter de 2020. La Mairie dément formellement.

Dans son plan anti-pollution, la Mairie de Paris envisagerait d’interdire en 2020 la circulation des deux-roues achetés avant juillet 2015. Pour certains, cette mesure s’appliquerait seulement la semaine et non le week-end. A en croire, certains médias le conditionnel n'est pas de mise: la décision est prise. 

"Nous ne savons pas d’où est partie cette rumeur, mais elle est totalement fausse, nous a affirmé la Mairie de Paris. Notre plan va démarrer le 1er juillet 2016 et, concernant les deux roues, ce sont ceux qui ont plus de 15 ans, donc achetés avant 2000, qui seront interdits. Pour la suite, la concertation est en cours avec la métropole et aucun calendrier n’a encore été fixé."

La fin des motos de collection?

En 2020, il y devrait bien avoir des interdictions de deux roues, mais elles ne concerneront, à priori, que les engins mis en circulation en 2004, et qui auront donc une quinzaine d’années. "Encore une fois, tout cela est soumis à des concertations."

Mais même si le délai de 15 ans reste finalement la règle, les parisiens fans de motos "vintage", Harley, BMW, BSA ou Triumph, sont en droit de se poser la question: comment utiliser mon engin si je n'ai plus le droit de circuler avec dans la capitale. A la mairie de Paris, on admet que la question est légitime. "Les motos de collection, comme les voitures, pourront circuler lors d’évènements ponctuels, mais pas plus", nous a indiqué un porte-parole. Une précision qui ne va ni les rassurer, ni les réjouir, même si la Mairie assure que "tout peut se discuter pour s'adapter à la réalité."

https://twitter.com/PascalSamama Pascal Samama Journaliste BFM Éco