BFM Business

"On se doit d'être présent" sur le très haut de gamme, insiste Béatrice Fouchet, dg de DS Automobiles

La nouvelle directrice générale de la filiale de PSA explique sur BFM Business pourquoi, avec la future DS9, le constructeur vient se frotter à un segment de marché trusté par les allemands BMW et Mercedes.

DS est devenu en quelques années la pépite de PSA. En 2019, c'est le seul constructeur du groupe français à afficher un chiffre d'affaires en hausse (+17,9%). L'entreprise entend désormais passer à la vitesse supérieure en attaquant le segment du très haut de gamme avec la future DS9 qui sera lancée vers la fin de cette année. Un segment pour le moment occupé voire trusté par les groupes allemands.

"DS a une part de voix à prendre dans ce segment, c'est évident", souligne sur BFM Business Béatrice Fouchet, directrice générale de DS Automobiles. "Tout d'abord, la preuve est qu'on est capable de vendre des voitures premiums à des clients extrêmement satisfaits avec DS7 et pourquoi pas DS9. On se doit d'être présent sur cette part de marché qui est énorme. Les Allemands ont une part importante mais néanmoins on a une chose à dire: on est les seuls à pouvoir revendiquer le savoir faire du luxe à la française à l'intérieur de nos voitures et même à l'extérieur".

>>A voir, l'interview complète de Carlos Tavares sur BFM Business

Cette DS9 sera fabriquée en Chine, et l'usine de Shenzen " a été réouverte", précise la responsable qui évoque les conséquences industrielles du coronavirus. "Il nous suffit d'approvisionner les pièces, c'est le dernier enjeu qui nous reste à faire (...) il n'y a pas encore toutes les pièces mais ça arrive".

Et de souligner, comme Carlos Tavarez hier sur BFM Business, que les usines européennes de PSA et de DS tournent "à plein" et disposent de stocks de pièces. "Aujourd'hui, on gère les approvisionnements avec une visibilité à 4 semaines (...) et on est capable de trouver des solutions si il nous manque une pièce. (...) Les usines DS tournent toutes, il faut travailler avec une véritable anticipation (...) à ce stade toutes les usines tournent et on a des stocks". 

Olivier Chicheportiche