BFM Business

« Monique Olivier a délivré un permis de tuer à Michel Fourniret »

-

- - -

Les experts ont expliqué au procès Fourniret que Monique Olivier avait été l’élément déclencheur des crimes de Fourniret.

Dernier jour consacré hier lundi 19 mai aux débats dans le procès Fourniret. Aujourd'hui, le procès entre dans sa phase finale avec tout d'abord les plaidoiries des avocats des familles des victimes, qui dureront deux jours.

Hier, ce sont les experts qui ont les derniers dressé les portraits psychologiques des accusés et les ressorts de leur couple. Un couple au sein duquel les responsabilités sont partagées, expliquent-ils, une véritable complémentarité criminelle les unit. C'est un peu ce que les avocats des parties civiles ont voulu démontrer tout au long du procès et hier, ils ont été servis par les expertises psychiatriques. De quoi alimenter, c'est certain, les plaidoiries qui vont commencer aujourd'hui. Car les experts sont unanimes sur la question : dans le couple, c'est 50-50, il n'y a pas d'emprise de l'un sur l'autre, et si Michel Fourniret croit avoir façonné Monique Olivier telle une pâte à modeler, il se trompe. Pour eux, Michel Fourniret ne serait pas devenu le tueur en série qu'il est sans la rencontre avec Monique Olivier : « C'est elle qui lui a délivré un permis de tuer », analyse un expert, même si Fourniret avait des prédispositions. Une complicité meurtrière qui semble ne pas faire de doute et qui pourrait même aller jusqu'à cacher encore aujourd'hui l'existence d'autres victimes...

Pour Maître Delgénès, l'avocat de Monique Olivier, « il faut quand même rester les pieds sur terre. Fourniret se suffit à lui-même. C'est un tueur en série, on a vu le personnage, on ne peut pas le décrire comme on l'a fait dans les expertises. Avec le visage que l'on voit depuis deux mois, on ne peut pas dire que Monique Olivier est l'égérie. La logique s'impose, personne ne veut croire à cette histoire. Que Monique Olivier ait pu servir de miroir narcissique à Michel Fourniret, je veux bien, mais il faut quand même sonner son rôle à chacun tel qu'il est. Michel Fourniret est poursuivi pour 9 ou 10 crimes, Monique Olivier est sa complice, il ne faut pas essayer d'inverser les rôles ».

La rédaction et Aurélia Manoli