BFM Business

Mobilisation des agriculteurs: un millier de tracteurs en route vers Paris, les grands axes perturbés

Les agriculteurs convergent vers Paris ce mercredi pour manifester notamment contre les prix bas.

Les agriculteurs convergent vers Paris ce mercredi pour manifester notamment contre les prix bas. - BFM Paris

Les agriculteurs convergent vers la capitale ce mercredi matin sur les principaux axes autoroutiers engendrant des difficultés de circulation.

Les principaux axes autoroutiers risquent d'être particulièrement embouteillés ce mercredi matin. Depuis 6 heures, les agriculteurs organisent des opérations escargot en direction de la capitale.

Un millier de tracteurs venus des régions Hauts-de-France, Normandie, Ile-de-France, Grand Est, Centre-Val-de-Loire et Bourgogne-Franche-Comté étaient annoncés par les syndicats agricoles. Ils ont pris la route sur les autoroutes A1, A4, A5, A6, A10, A11, A13, A14 et A15 et les nationales N1, N2, N12 et N20. A leur arrivée à Paris des difficultés, la manifestation se poursuivra avenue Foch pour une dispersion vers 18 heures selon la préfecture de police. 

Les principaux axes empruntés par les agriculteurs.
Les principaux axes empruntés par les agriculteurs. © BFM Paris

Des ralentissements tout autour de Paris

Une partie de la matinée, les différents cortèges ont perturbé la circulation. Sur l'A1 au départ de Senlis une centaine de tracteurs occupaient trois files de circulation et roulent à très faible allure, ont constaté les équipes de BFM Paris.

Toujours dans le nord de Paris, le site Sytadin alertait sur des difficultés sur la Francilienne entre Villiers-Adam et Epiais-lès-Louvres avec un temps de parcours d'1h30 contre 17 minutes en temps normal. 

Du côté de l'A15 une voie de circulation était neutralisée, au niveau de Pontoise. Même chose sur l'A6 dans le secteur de Villabé et Auverneaux. 

Dans les Yvelines, la gendarmerie évoquait une circulation difficile sur la N12 à partir de Jouars-Pontchartrain. 

Les agriculteurs, qui manifestent aussi à Lyon ou encore à Toulouse, veulent notamment faire monter la pression sur des négociations commerciales avec la grande distribution et interpeller le gouvernement sur les difficultés quotidiennes de leur profession.

Carole Blanchard