BFM Business

Macron-Ghosn, comme si vous y étiez

Carlos Ghosn et Emmanuel Macron, une lutte de pouvoirs entre deux ambitions qui se percutent de plein fouet

Carlos Ghosn et Emmanuel Macron, une lutte de pouvoirs entre deux ambitions qui se percutent de plein fouet - CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Cette histoire n’est pas écrite et finira comme un roman balzacien, ou comme un récit d’économie sur la croissance des modèles industriels au tournant du siècle. À moins qu’il n’y ait un peu des deux.

Version balzacienne, c’est une lutte de pouvoirs entre deux ambitions qui se percutent de plein fouet. Emmanuel Macron, le ministre en train de construire une carrière politique, qui multiplie les provocations et fait avancer le pays. À la recherche, tout de même, d’une caution de gauche, le voilà qui tombe sur cette loi "Florange", la si bien nommée: c’est le terroir industriel, l’histoire des luttes sociales, l’acier qui ne ment pas, et l’œuvre de son prédécesseur Arnaud Montebourg.

Alors va pour Florange, qui consiste à imposer, là où l’État a des participations suffisantes, des droits de vote double liés aux actions qu’il possède, pour s’assurer que la stratégie industrielle restera conforme aux intérêts définis par les sages responsables politiques élus des peuples, face aux intérêts avides de la finance sans visage et sans pitié. Amen.

Bon. Pourquoi pas. Deux groupes résistent, seulement deux. Orange, qui finalement se laisse convaincre, et Renault, qui en revanche déclenche la bataille. Donnons ce crédit au ministre: seul Renault résiste vraiment. Pourquoi?

Carlos Ghosn veut consolider son pouvoir

Version balzacienne toujours, parce que Carlos Ghosn veut consolider son pouvoir. Seul maître à bord, il entend le rester. Or la partie japonaise de l’alliance est historiquement bien plus docile que la partie française. Elle a en plus le mérite de le payer 7 fois plus, ce qui, on en conviendra, n’a rien d'anecdotique. Et dans ce cadre là, le doublement des droits de vote de l’État vient troubler une stratégie personnelle d’inverser les pouvoirs au sein de l’alliance au profit des Japonais, justement.

Un peu d’histoire: à la naissance du pacte Renault-Nissan, il y a 15 ans, c’était Nissan qui était en ruines, et Renault qui venait la sauver parce que Louis Schweitzer avait eu l’intuition géniale à l’époque de l’absolue nécessité d’une implantation mondiale. Le pacte donne donc à Renault bien plus de pouvoirs dans l’alliance qu’à Nissan. 15 ans après, le rapport de force s’est totalement inversé. Le rééquilibrage semble légitime? En tous cas les Japonais le réclament.

Renault, un géant mondial

C’est là que l’on quitte la version balzacienne pour entrer dans une version bien plus intéressante de notre histoire. Car qu’a fait Carlos Ghosn de Renault ces dix dernières années? Un géant mondial! Une machine de guerre qui a su résister à la plus parfaite des tempêtes qu’ait dû affronter l’automobile. Si Renault-Nissan est aujourd’hui parmi les géants, avec Volkswagen, Toyota, et General Motors, c’est bien à l’amplification de l’alliance qu’elle le doit (l’autre grand patron de l’automobile européenne, Sergio Marchionne, essaie de construire à marche forcée une alliance Fiat-Chrysler qui subit des tourments comparables).

Que vient faire l’état français dans cette nouvelle histoire mondiale? Dans ce réseau de participations croisées (il faudrait y ajouter le russe Avtovaz et même les liens de plus en plus étroits avec Daimler), qui n’a d’équivalent dans aucun autre secteur industriel.

Tout à coup, ces droits de vote double sont apparus comme la réaction épidermique et anachronique d’un État qui se bat pour maintenir en vie la fiction d’un groupe national. En outre, ces droits de vote double envoient le signe d’une forme de défiance, celle des "Renault canal historique" contre un Carlos Ghosn qu’ils n’ont jamais accepté, dont ils n’ont en fait jamais compris la stratégie. "Ou bien", répondra Bercy, "ces droits de vote double sont la garantie d’une stratégie insensible aux pressions quand la mondialisation fait perdre tout repère à des dirigeants surpuissants". Emmanuel Macron n'a jamais remis en cause la stratégie de Carlos Ghosn, il lui rend même régulièrement hommage, c'est bien son rôle d'actionnaire qu'il veut défendre.

"Ces dividendes sont politiques? Et bien oui! Et on le revendique"

 C’est saisissant comme l’exemple de Volkswagen renvoie dos à dos les deux points de vue. Oui, on a pu construire un groupe mondial avec un actionnaire public, mais non, ça n’a pas empêché des dirigeants surpuissants de se croire au-dessus de tous les risques. Mais, après tout, pourquoi l’État se verrait-il traité comme un actionnaire au rabais, indispensable en cas de crise, insupportable en cas de succès? Pourquoi ne pourrait-il pas toucher les dividendes des risques qu’il a su prendre il y a 15 ans? Ces dividendes sont politiques? Et bien oui! Et on le revendique.

Et on revendique un ancrage national quand les groupes mondiaux se rêvent totalement hors sol. Ils ne le sont pas. Aussi haut que l’on soit placé, on n’est jamais assis que sur son c... Aussi haut que monte un groupe industriel, il est le fruit d’une histoire qu’il serait dangereux de vouloir rayer d’un trait de plume. Ou d’une résolution de conseil d’administration. D’ailleurs, si l’on en croit Bercy, le gouvernement japonais n’a émis aucune objection au coup de force de l’Etat français. Valls et Macron étaient à Tokyo il y a 15 jours, il était très simple de le faire, discrètement. Voilà toute l’histoire: la place des États dans la croissance industrielle de ce début de siècle, l’alliance mondiale qui danse au-dessus des frontières, et les stratégies personnelles de deux hommes exceptionnels. Avouez que ça vaut le coup d’attendre la suite, non?

Stéphane Soumier