BFM Business

Loi Macron: Transdev va lancer une quarantaine de lignes d'autocars

Laurence Broseta, la directrice générale France de Transdev, était l'invitée de Good Morning Business jeudi 11 décembre.

Laurence Broseta, la directrice générale France de Transdev, était l'invitée de Good Morning Business jeudi 11 décembre. - BFM Business

Laurence Broseta, la directrice générale France de Transdev, était l’invitée de BFM Business jeudi 11 décembre. Elle a notamment indiqué que la libéralisation du transport par autocar allait permettre au groupe d'ouvrir des lignes vers une quarantaine de destinations en France.

Si la future loi Macron suscite de fortes oppositions, notamment au sein des professions réglementées, certains secteurs se frottent déjà les mains. C’est le cas du transport par autocar, que le ministre de l’Economie veut libéraliser afin d’ "offrir aux voyageurs français une offre de transport complémentaire à celle du train et à la voiture individuelle".

Premier acteur privé du transport public, Trandev se trouve donc au cœur de la politique de relance gouvernementale. Ce jeudi, Laurence Broseta, la directrice générale du groupe en France, ne s’en est pas cachée. "On s’y prépare, dès que la loi nous y autorise on lancera un service en France", a-t-elle indiqué sur BFM Business. "Cela fait des années que l’on demande" l’ouverture de l'exploitation des lignes de bus nationales, a-t-elle poursuivi, ajoutant qu’il y a "une vraie demande des Français pour des transports à plus bas prix".

Exploiter les lignes mal desservies par la SNCF

"On travaille pour lancer tout un réseau de transport entre les villes françaises, vers une quarantaine de destinations", a-t-elle annoncé. Cela concernera "les lignes qui marchent déjà très bien en cabotage (des lignes faisant la liaison avec l’étranger, mais effectuant des étapes en France, ndlr), comme par exemple Paris-Lyon. Mais aussi les lignes transversales, qui ne sont pas bien desservies par la SNCF. Des lignes comme Lyon-Bordeaux, ou Rennes Strasbourg".

Interrogée sur une éventuelle incompatibilité avec les principes écologiques, la dirigeante s’est voulue rassurante : "on parle ici d’autocars modernes, peu polluants. Des études de l’Ademe ont classé le transport par autocar comme le plus vert à égalité avec le train, devant la voiture et l’avion. Il s’agit d’un transport propre".

La libéralisation du transport par autocar est l’un des points clé du projet de loi sur la croissance et l’activité, présenté mercredi en Conseil des ministres par Emmanuel Macron. Ce dernier prévoit, entre autres, une extension du travail dominical à 12 dimanches par an, ou encore une dérégulation de certaines professions réglementées. Le tout afin de "déverrouiller l’économie", selon le patron de Bercy.

Y.D.