BFM Business

Logiciel frauduleux: le gouvernement américain à l'assaut d'Uber

L'existence de ce logiciel avait été révélée par le New York Times

L'existence de ce logiciel avait été révélée par le New York Times - Anthony Wallace - AFP

Le groupe américain est suspecté d'avoir utilisé une technologie lui permettant de ne pas être repéré par les autorités dans les endroits où il n'est pas autorisé. Une enquête vient d'être ouverte, selon le Washington Post.

Le gouvernement américain passe à l'offensive contre une pratique supposée d'Uber. Il a en effet ouvert une enquête criminelle contre le service de réservation de voitures avec chauffeurs soupçonné d'avoir utilisé un logiciel lui permettant de ne pas être repéré par les autorités dans les zones dont il est exclu.

L'investigation en est à ses débuts, indique le Washington Post, qui cite une source proche du dossier.

Le logiciel, nommé Greyball et dont l'existence a été révélée en mars par le New York Times, fonctionnait grâce aux données des utilisateurs: les personnes travaillant pour les autorités de régulation étaient par exemple ciblées et voyaient leurs courses annulées.

Un nouveau revers pour Uber

Une autre manière d'évincer les contrôleurs consistait à vérifier que le numéro de carte bleue accolé à un client était bien lié à une carte personnelle, et non à un compte gouvernemental ou de la police, selon le New York Times.

Uber a reconnu l'existence de ce logiciel et s'est engagé à ne plus l'utiliser.

Cette enquête du département de la Justice constitue un nouveau revers pour la société californienne, touchée par une série de scandales. Elle a été soupçonnée d'encourager un climat sexiste et toxique en interne, tandis qu'Alphabet, la maison mère de Google, a lancé des poursuites en justice en accusant Uber et une de ses filiales d'avoir volé ses technologies pour voitures autonomes.

J.M. avec AFP