BFM Business

Les taxis volants SeaBubbles devraient redécoller à Paris en 2018

En juin dernier, Anne Hidalgo, maire de Paris, a testé Sea Bubble, l'hydroptère inventé par Alain Thébault, mais les autorités fluviales tiquait sur la vitesse excessive de la navette.

En juin dernier, Anne Hidalgo, maire de Paris, a testé Sea Bubble, l'hydroptère inventé par Alain Thébault, mais les autorités fluviales tiquait sur la vitesse excessive de la navette. - Joël Saget - AFP

Les SeaBubbles pourraient revenir l'an prochain dans la capitale pour y être expérimentés à grande échelle. Un accord devrait être trouvé au sujet de la vitesse maximale autorisée sur la Seine.

Les SeaBubbles de retour à Paris. L'épineux problème de la vitesse maximale a en effet été résolu. Deux deux tweets de la maire de Paris, Anne Hidalgo expliquent ce retournement de situation: "L'arrivée des SeaBubbles à Paris était compromise en raison de contraintes réglementaires, en particulier la limitation de la vitesse sur la Seine. J'avais immédiatement saisi les services de l'État pour qu'une solution soit trouvée", rappelle-t-elle dans son premier message. Dans le second, elle dévoile qu’une réunion s'est tenue à l’initiative d’Elizabeth Borne, la ministre des Transports, et que tout sera fait pour que les hydroptères "soient expérimentés à Paris en 2018".

Une utilisation intégrée dans le pass navigo

Cette réunion a redonné espoir à Alain Thébault, le concepteur des SeaBubbles. Ses hydroptères devraient pouvoir voler à 30 km/h, soit plus de deux fois la vitesse maximum. Répondant à l’AFP, il assure qu'entre cinq et dix taxis volants pourraient être déployés pendant plusieurs mois sur la Seine, peut-être dès cet été. Leur utilisation pourrait même être intégrée dans le passe Navigo.

Pascal Samama