BFM Business

Les taxis espagnols en grève contre les VTC

Le mouvement des taxis espagnols contre les VTC, entamé en fin de semaine dernière à Barcelone, s'étend ce lundi à une demi-douzaine de villes du pays. Ils réclament une limitation des licences attribuées aux chauffeurs Uber ou Cabify.

Après Barcelone et Madrid, une grève des taxis contre la concurrence des véhicules de tourisme avec chauffeurs (VTC) s'étendait lundi en Espagne, alors que le gouvernement devait recevoir dans la journée les représentants du secteur.

Des appels à des grèves ou arrêts partiels ont été lancés par des fédérations de taxis à Valence (est), dans le Nord (Saragosse et Bilbao) et le Sud (Séville, Costa del Sol), en solidarité avec les chauffeurs de taxi de Barcelone, en grève depuis jeudi. Les taxis de Madrid s'étaient déjà mis en grève depuis samedi.

Le secteur réclame la limitation des licences accordées aux VTC, notamment de Uber et Cabify, à une pour 30 licences de taxi, comme le prévoyait un règlement municipal de Barcelone suspendu par la justice après un recours du gouvernement espagnol. C'est cette suspension qui a mis le feu aux poudres la semaine dernière.

Menace de blocage de la frontière avec la France

Les représentants des taxis devaient être reçus à partir de midi par le ministère de l'Équipement à Madrid. Si leurs revendications ne sont pas satisfaites, ils menacent de bloquer des ports, des aéroports, voire la frontière avec la France.

À Barcelone, première destination touristique d'Espagne, des centaines de taxis noir et jaune occupaient pour le troisième jour consécutif la Gran Via, l'un des principales artères de la ville. Certains chauffeurs y ont dormi ces trois dernières nuits, sur des matelas posés à même l'asphalte, dans des tentes ou à l'intérieur de leurs voitures.

Des conducteurs d'autres localités catalanes, ou même de villes plus éloignées comme Madrid ou Séville, sont venus se joindre à ce blocage, qui commence désormais à déborder jusqu'à l'avenue chic du Paseo de Gracia.

De leur côté, les sociétés de VTC ont durement critiqué la grève des taxis, en particulier en raison d'agressions contre leurs conducteurs mercredi dernier, durant la première journée de grève à Barcelone. "Nous espérons sincèrement que l'État de droit ne cède pas au chantage de gens violents", a déclaré la plateforme Unauto, qui représente Uber et Cabify.

N.G. avec AFP