BFM Business

Les pilotes d'Air France accepteront-ils de jouer le jeu Transavia?

Les pilotes d'Air France ne sont pas séduits par Transavia.

Les pilotes d'Air France ne sont pas séduits par Transavia. - Eric Piermont - AFP

Les pilotes d'Air France veulent garder leurs avantages s'ils passent chez Transavia France. Impossible, leur répond Alexandre de Juniac, PDG du groupe.

Air France a dévoilé, jeudi 11 septembre, les ambitions de son plan stratégique de développement "Perform 2020". Après trois années de restructuration, la consolidation financière reste d'actualité mais le groupe mise aussi sur l'essor du low-cost en Europe.

C'est un véritable coup d'accélérateur pour Transavia, la compagnie à bas coûts du groupe Air France-KLM. Après la France et les Pays-Bas, elle installera -dès l'été prochain- d'autres bases en Europe, on ne sait pas encore où, et sera dotée à terme d'une centaine d'avions.

Rentabilité en 2018

Objectif : la rentabilité en 2018 et une place dans les 5 premières compagnies européennes d'ici à 2020. A condition de convaincre les pilotes de jouer le jeu. Car si en Europe, les personnels de chaque pays seront embauchés en contrat local, en France, cela coince.

Les pilotes d'Air France veulent en effet que ceux qui acceptent de passer chez Transavia conservent les avantages de la maison-mère. Hors de question pour Alexandre de Juniac, PDG du groupe. "On ne peut pas faire du low-cost avec les contraintes d'une compagnie traditionnelle, a-t-il martelé. Cela ne marchera pas : Transavia France vivotera tandis qu'elle se développera en Europe".

Elisabeth Hu