BFM Business

Le secteur aéronautique compte sur le sauvetage de Latécoère

Latécoère fabrique notamment les portes de l'A350 et du Dreamliner.

Latécoère fabrique notamment les portes de l'A350 et du Dreamliner. - Remy Gabalda - AFP

Latécoère équipe tous les géants du secteur aéronautique. Ce 20 octobre, le comité interministériel de restructuration industrielle va examiner sa dette afin de sauver cet acteur essentiel.

L'avenir de Latécoère pourrait se jouer dans les heures qui viennent. Le CIRI, comité interministériel de restructuration industrielle, se réunit ce lundi 20 octobre. Au programme, la situation de l'équipementier lourdement endetté. A cette réunion participeront les principaux créanciers. C'est toute la filière aéronautique qui pourrait profiter de la reprise en mains de Latécoère.

L'ensemble de la filière aéronautique surveille ce dossier comme le lait sur le feu. Le problème de Latécoère est sa dette. Près de 2,5 fois ses fonds propres. Un boulet que l'entreprise traîne depuis pratiquement 10 ans, et qui l'empêche d'avancer.

Faire face aux concurrents étrangers

Latécoère est un fournisseur clé des géants du secteur. Il fabrique, par exemple, les portes de l'A350 et du Boeing Dreamliner. Or quand ses principaux clients, Airbus, Boeing ou encore Dassault, lui demandent d'augmenter les cadences, Latécoère n'a pas les moyen d'assurer cette hausse de la production.

Latécoère n'a pas non plus les moyens financiers de participer activement à la consolidation actuelle du secteur. Ce sauvetage permettrait donc de donner aussi un coup d'accélérateur à la restructuration de l'ensemble de la chaîne des sous-traitants et équipementiers.

L'objectif d'Airbus, notamment, et des pouvoirs publics, est de constituer un véritable champion européen de la sous-traitance aéronautique. Ce sera la seule manière de faire face aux nouveaux entrants chinois et indiens.

Mathieu Sevin