BFM Business

Le patron de Tesla boit du petit lait avec l'affaire Volkswagen

Elon Musk estime que le scandale Volkswagen va accélérer la transition vers l'électrique.

Elon Musk estime que le scandale Volkswagen va accélérer la transition vers l'électrique. - Tesla Motors

A l'occasion de l'inauguration d'une usine aux Pays-Bas, la première en Europe, Elon Musk estime que pour Volkswagen, "la triche [était] la seule option".

Mettre un terme au thermique. Voilà l'objectif d'Elon Musk, le créateur de la marque automobile Tesla. Et s'il n'ose l'avouer ouvertement, l'affaire Volkswagen tombe plutôt bien pour ses affaires. Le milliardaire américain était aux Pays-Bas ce vendredi 25 septembre pour inaugurer sa première usine d'assemblage pour le marché européen. Interrogé par les médias sur le scandale qui éclabousse depuis une semaine le monde de l'automobile, il a fait preuve d'une surprenante mansuétude à l'égard du constructeur allemand. "La triche [était] la seule option", a-t-il commenté. 

S'il ne cautionne évidemment pas la duperie de Volkswagen, elle est pour lui symptomatique d'une industrie à bout de souffle. "Ce que nous observons avec le diesel, c’est que nous avons atteint la limite, affirme-t-il. J’imagine que Volkswagen était sous une énorme pression pour s’améliorer et ils se sont retrouvés coincés par ce qui est effectivement possible." 

Tous les fabricants vont accélérer dans l'électrique

Le patron de la marque de voiture électrique espère ainsi que cette affaire va accélérer la transition du moteur thermique vers l'électrique dont il s'est fait le chantre. "Il est probable que le 'dieselgate' pousse les fabricants à accélérer dans ce domaine", a-t-il assuré. Une concurrence accrue qu'il ne redoute pas tant il estime avoir pris de l'avance dans le secteur. 

En témoigne l'inauguration de cette usine d'assemblage à Tilburg, à une trentaine de kilomètres d'Eindhoven. Sur ce site de 77.600 m², Tesla assemblera les pièces fabriquées dans son usine américaine de Fremont, en Californie. L'usine prend notamment en charge l'assemblage du bloc-batterie, du groupe motopropulseur et de l'essieu arrière, et procède à l'installation du logiciel sur chaque voiture. Il s'agit donc plus d'un site d'assemblage de finitions que de réelle production. La capacité est de 90 Model S par jour, soit 450 par semaine, afin de fournir le marché européen.

-
- © Tesla

Cette usine abrite également le premier circuit d'essais de production en intérieur d’Europe. D'une longueur totale de 750 mètres, dont 400 m d'asphalte, il se compose de quelque 6.000 petits obstacles simulant une route accidentée. Ce grand circuit permet de soumettre la Model S à des essais finaux afin de garantir, pour chaque véhicule, le respect des normes de Tesla.

1.200 km d'autonomie en 2020 pour Tesla?

Dans une interview à un journal danois, Elon Musk a estimé que l'autonomie de ses véhicules pourrait exploser dans les prochaines années. Selon lui, elle pourrait atteindre les 1.000 km d'ici 2017 et même 1.200 km à horizon 2020 dans des conditions optimales (à faible vitesse). En conditions réelles, elle devrait progresser selon lui de 5 à 10% pour atteindre les 800 à cette échéance (contre 400 km environ aujourd'hui).

Frédéric Bianchi