BFM Business

Le groupe Aéroports de Paris ne résistera pas à "2 ou 3 années avec un trafic extrêmement réduit”

Avec le confinement, le trafic a chuté dans les aéroports parisiens. Pour Augustin de Romanet, le patron d’Aéroports de Paris, le groupe a pris des mesures importantes pour tenir. Mais il ne pourra pas résister si cette baisse dure trop longtemps.

ADP risque-t-elle la recapitalisation? Sur BFM Business ce jeudi, Augustin de Romanet, PDG d’Aéroports de Paris, explique que “dès que la crise est arrivée, nous avons pris des mesures importantes. Nous avons pris un plan d’économies de 270 millions d’euros, nous avons mis 70% de nos collaborateurs en activité partielle”.

Et il ajoute : “Et nous avons pris toutes les dispositions pour tenir le plus longtemps possible avec 0 euro de chiffre d’affaires”. 

"Nous sommes tous mortels"

Augustin de Romanet se veut confiant mais il est lucide. “Nous sommes tous mortels. Je ne peux pas promettre que nous résisterions à deux ou trois années avec un trafic extrêmement réduit”. Il rappelle que “la situation est extrêmement sérieuse”. C’est pourquoi, le PDG d’ADP veut absolument rétablir la confiance des passagers. Sur ce point, il envisage d'ailleurs de tester les passagers dans un avenir proche. 

Concernant la réouverture d’Orly, Augustin de Romanet affirme que dès que les vols vers le Maghreb ou l’Europe du Sud reprendront, l’aéroport sera rouvert. Par ailleurs, Augustin de Romanet garde toujours en tête l’agrandissement de l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle mais cela dépendra évidemment de la reprise du trafic aérien. 

DL