BFM Business
Transports

Le ciel s'éclaircit pour Boeing, alors que le vol test pour son 737 MAX modifié se précise

Le 737 MAX est cloué au sol depuis mars 2019

Le 737 MAX est cloué au sol depuis mars 2019 - Mark RALSTON - AFP

Ce vol pourrait avoir lieu dans "quelques semaines" indique la FAA, le régulateur américain de l'aviation. Le 737 MAX est cloué au sol depuis bientôt un an.

Enfin une bonne nouvelle pour Boeing. Les Etats-Unis envisagent d'effectuer dans "quelques semaines" le vol test du Boeing 737 MAX, une étape déterminante pour la remise en service de cet avion cloué au sol depuis bientôt un an, a déclaré jeudi à Londres Steve Dickson, le chef de l'agence fédérale de l'aviation (FAA).

La FAA a terminé il y a "plusieurs semaines" son audit des changements effectués par Boeing sur le logiciel MCAS, a dit à l'AFP une source réglementaire.

Elle en a conclu qu'il faudrait des ajustements, mais ces derniers ne seraient a priori pas "significatifs", a dit la même source.

Nouveau problème détecté

Si le ciel s'éclaircit pour l'avionneur, rien n'est encore joué pour une reprise commerciale du MAX. Boeing doit encore proposer une solution pour résoudre un problème sur les câblages électriques de l'avion. Il aurait également détecté un nouveau problème lié au système anti-décrochage MCAS, mis en cause dans les deux accidents qui ont fait 346 morts en 2018 et 2019, a-t-on appris de sources concordantes.

Ce problème, qui concerne l'alarme censée s'allumer en cas de dysfonctionnement du MCAS, n'affecte pas le calendrier de remise en service de l'avion, a assuré Boeing dans un courriel à l'AFP. "Nous sommes en train de procéder à un changement du logiciel (...) pour nous assurer que le clignotant ne s'allume que quand il le faut", a souligné jeudi Boeing.

Mi-janvier l'avionneur avait annoncé que le MAX pourrait a priori revoler à la mi-2020. Une fois l'interdiction de vol levée, il faut au moins un à deux mois aux compagnies pour préparer les avions et s'assurer qu'ils fonctionnent normalement.

Cette crise historique a déjà coûté très cher à Boeing (18 milliards de dollars jusqu'à présent) qui a essuyé en 2019 sa première perte annuelle depuis 1997 et perdu son leadership dans la livraison d'avions face à Airbus.

OC avec AFP