BFM Business

Le Brésil modernise ses infrastructures pour relancer sa croissance

Dilma Roussef compte, par exemple, créer 10000 nouveaux kilomètres de rails.

Dilma Roussef compte, par exemple, créer 10000 nouveaux kilomètres de rails. - -

La présidente Dilma Roussef a dévoilé, mercredi 15 août, un plan de relance qui prévoit des investissements pour moderniser les axes de transport du Brésil. Le but est de doper la croissance et de préparer les futurs grands événements sportifs.

Après avoir axé son effort sur la consommation des ménages, le Brésil met le cap sur l’investissement. La présidente Dilma Roussef a dévoilé, mercredi 15 août, les détails d’un plan de relance de l’économie de 66 milliards de dollars, qui doit moderniser les infrastructures du pays.

Les sommes déboursées permettront ainsi de rénover et construire des routes et des voies ferrées. Le gouvernement compte ainsi faire sortir de terre un grand réseau national ferré, avec 10000 nouveaux kilomètres de rail. Des mesures concernant les ports du pays sont également prévues.

Les axes de transport sont en effet une priorité du Brésil: aujourd’hui, les lignes de train et les autoroutes se focalisent sur la région de Rio de Janeiro et celle de Sao Paulo. Cette faiblesse des réseaux est l’un des freins majeurs au développement du pays.

Par ailleurs, le plan devrait épargner les finances publiques puisque la plupart des investissements seront réalisés via des partenariats publics-privés.

Un autre but: préparer la Coupe du monde de football en 2014 et les JO en 2016

Hostile à toute forme de privatisation, la coalition de centre gauche du pays, dont est issue Dilma Roussef, a longtemps été opposée à ce plan. La situation économique l’a toutefois obligée à revoir sa position. Le Brésil devrait afficher moins de 2% de croissance cette année, après avoir connu un rythme de 7% en 2010.

Au-delà de la relance économique, la modernisation du pays est aussi un enjeu sportif, puisque le Brésil se prépare à organiser la Coupe du monde de football en 2014, et les prochains jeux Olympiques en 2016.

Simon Tenenbaum et BFMbusiness.com