BFM Business

Le bonus-malus auto se révèle une mauvaise opération pour l'Etat

Le dispositif concerne notamment les véhicules hybrides, comme ce Volkswagen Touareg

Le dispositif concerne notamment les véhicules hybrides, comme ce Volkswagen Touareg - -

Ce dispositif devait en principe s'autofinancer. Mais sur les trois premiers mois de l'année 2013, le niveau des bonus excède largement celui des malus, creusant ainsi le déficit de l'Etat.

Le bonus malus automobile devrait coûter très cher à l'Etat. Bien que le gouvernement a alourdi le dispositif, sur le premier trimestre, les recettes engrangées par les différents malus sont très loin de compenser les aides allouées aux acquéreurs de véhicules moins polluants.

Sur les trois premiers mois, les malus ont permis de collecter à peine 52 millions d'euros. Difficile, à ce rythme, d'atteindre les 403 millions prévus sur l'ensemble de 2013.

Le bonus-malus devrait ainsi creuser un peu plus les déficits. Au départ, les nouveaux malus collectés devaient pratiquement compenser les bonus distribués. Seulement, depuis le début de l'année, on est loin d'en prendre le chemin à l'examen des chiffres.

Vers un resserrement du dispositif?

Evidemment, la déprime du secteur concerne tous les segments, y compris les petites cylindrés. Le gouvernement n'a distribué que 78 millions d'euros bonus. Mais le contexte économique pénalise surtout les ventes de berline et les voitures familiales, génératrices de malus.

On le voit donc, ce ne sera pas une opération blanche pour les comptes publics. Le gouvernement devrait de nouveau resserrer le dispositif pour 2014. Et ce sont les filières électriques et hybrides, très dépendantes des super bonus, qui pourraient en pâtir.

Mathieu Sevin