BFM Business

La question du télétravail divise chez PSA

Si la direction met en avant un sondage interne montrant qu'une majorité de salariés sont favorables à plus de télétravail, la CFDT a réalisé sa propre étude... qui dit le contraire.

C'est un sujet clivant. En interne, chez PSA, plus d'un salarié sur deux ne souhaite pas que le télétravail devienne la norme. Voilà ce qui ressort du sondage organisé par la CFDT.

3 salariés sur 4 ne souhaitent pas télétravailler plus de 3 jours par semaine, comme le veut la direction. Principal motif exprimé: les salariés craignent à terme la perte de lien social, la rupture du lien managérial, ou encore l'externalisation de leurs emplois.

Négociations jusqu'en juillet

La CFDT compte en tout cas s'appuyer sur son enquête pour revendiquer le droit au volontariat et négocier des contreparties financières pour les télétravailleurs. Notamment la prise en charge des matériels informatiques et de bureau.

Mais la direction de PSA oppose à ce sondage sa propre enquête, réalisée auprès de 12.000 salariés dans l'Hexagone: 79% des personnes interrogées dans l'entreprise seraient, selon elle, favorables au télétravail. Les négociations, qui s'annoncent complexes, devraient aboutir en juillet prochain.

Julien Rizzo et OC