BFM Business

La fréquentation du Rhônexpress a augmenté en 2019

-

- - -

Au total, 1.598.729 de passagers ont emprunté la navette qui relie la Part-Dieu à l'aéroport Saint-Exupéry en 2019. Un bilan positif publié à quelques jours d'un vote décisif pour l'avenir du Rhônexpress.

Alors qu'il traverse une période de perturbation, le Rhônexpress affiche un bilan positif sur l'année 2019. Selon les chiffres dévoilés en début d'année, la fréquentation de la navette qui relie le centre de Lyon à l'aéroport Saint-Exupéry a augmenté de 5,9% par rapport à 2018. 

Au total, le Rhônexpress a transporté 1.598.729 passagers en 2019. Après un début d'année marqué par une forte augmentation par rapport à 2018, la fréquentation a été en baisse de septembre à décembre, notamment à cause de la grève pour ce dernier mois.

Des rames loin d'être remplies

Cette baisse a d'ailleurs été particulièrement visible en décembre, lors de la Fête des lumières. Seulement 14.025 passagers ont emprunté la navette pendant les quatre jours de festivités contre 27.146 l'année précédente. 

Malgré un bilan positif sur l'année, les chiffres présentés peinent à refléter la fréquentation quotidienne sur cette liaison, comme le notent nos confrères du Progrès. Selon leurs calculs, en 2019, 4.380 passagers ont utilisé le Rhônexpress en moyenne chaque jour, soit seulement 31 personnes par trajet, dans des rames qui proposent 71 places assises. 

Vers une résiliation du contrat?

La publication de ces chiffres intervient alors que le Sytral pourrait se prononcer vendredi sur l'abandon de la concession accordée pour l'exploitation de cette navette. Au mois de décembre, David Kimelfeld, le président de la Métropole de Lyon, a réclamé la résiliation de ce contrat, jugeant la desserte trop chère, après l'échec des négociations autour d'une nouvelle grille tarifaire.

Dans un document confidentiel consulté par Médiacités, le coût de la résiliation est estimé à 32 millions d'euros. La résiliation n'aura aucun impact pour les usagers, a néanmoins assuré la métropole en décembre. Elle permettra de proposer courant 2020 "une baisse des tarifs sensiblement supérieure à celle proposée par le délégataire actuel", avait-elle ajouté.

Benjamin Rieth