BFM Business

La France va-t-elle se doter de péages urbains?

-

- - Philippes Desmazes - AFP

"Favoriser les comportements vertueux", mais réduire la circulation dans les grandes agglomérations, c’est un des objectifs de la future loi sur la mobilité. Pour y parvenir, la ministre des Transports propose parmi les outils la mise en place de péages urbains.

L'idée d'un péage urbain semble plus que jamais dans les tuyaux. En décembre dernier, le Conseil d’orientation des infrastructures publiait un rapport d’étape, dans lequel il dévoilait les pistes envisagées, notamment pour financer le développement, la modernisation ou le renouvellement des modes de transports existants, l'aérien mis à part. Et la mise en place de péages urbains, à laquelle réfléchit la Mairie de Paris pour le périphérique, était notamment évoquée.

"Aujourd'hui, la loi donne déjà cette possibilité aux collectivités locales, mais seulement à titre expérimental et pour trois ans, ce qui est trop court au vu des investissements à consentir", confirme ce mercredi aux Échos, Élisabeth Borne, ministre des Transports.

Elle veut y remédier dans la loi sur les mobilités. La ministre veut également favoriser les bons comportements comme l'achat de véhicules peu polluants ou le covoiturage, et non pas mettre en place un nouveau prélèvement sur les automobilistes. Elle souhaite par exemple aider la création de voies dédiées au covoiturage. Qu'il s'agisse du péage urbain, ou bien de caméras pour lire les plaques des automobilistes qui seraient autorisés à pénétrer au coeur des grandes agglomérations, les technologies existent déjà pour la ministre.

Reste à définir un cadre législatif pour les mettre en place en France. Et à savoir si elle sera suivie par les maires de grandes villes, notamment par Anne Hidalgo. À Paris, par exemple, Anne Hidalgo compte en effet interdire d'ici 2024 la circulation de toutes les voitures diesel, et en 2030 de toutes les voitures essence. Mais elle se base pour le moment sur le dispositif de pastilles Crit'Air pour choisir quels véhicules ont le droit ou pas de circuler dans Paris intra-muros.

Par ailleurs, Elisabeth Borne veut mettre fin aux "déserts de mobilité" où les personnes n'ont pas d'autre choix que de prendre leur voiture individuelle pour se déplacer.

D. L. - P.Du