BFM Business

La France subit un rappel massif de voitures

Rappel massif de voitures.

Rappel massif de voitures. - Philippe Desmazes - AFP

Depuis le début de l'année, 800.000 véhicules ont été rappelés. Et dans la  majorité des cas, c'est la même pièce défectueuse qui est en cause.

Triste record. Plus de 800.000 véhicules ont été rappelés en France depuis janvier. 124 opérations de rappel ont été menées contre 105 l'année précédente et 60 en 2013, remarquent Les Echos.

Et c'est Takata qui coûte le plus cher aux constructeurs automobiles. L'équipementier japonais connaît actuellement de gros problèmes avec ses airbags. Défectueux, ils explosent. Malheureusement, les airbags Takata équipent bon nombre de voitures en France. Ainsi, Toyota a dû rappeler 290.000 voitures, BMW 101.000 et Honda 33.000. Cela ne signifie pas que tous les véhicules ont un problème mais par soucis de sécurité, les constructeurs préfèrent les rappeler. A la charge du constructeur de changer la pièce défectueuse.

Obligation de déclarer les rappels

Mais Takata n'est pas le seul fautif. Ainsi, Renault a été obligé de rappeler 146.000 Clio IV pour un problème de frein. Citroën a rappelé 68.500 C4 Picasso pour des soucis de suspension.

Depuis 2009, les constructeurs ont l'obligation de déclarer leurs rappels. Une traçabilité importante puisque beaucoup de constructeurs partage maintenant des plateformes. Par exemple, Renault Captur, qui partage la plateforme de la Clio, a subi un rappel de 4.800 unités.

Mais les constructeurs doivent trouver le juste milieu entre la sécurité et un excès de sécurité. "En France, on a déjà eu des marques qui ont coulé pour des affaires de fiabilité et de rappels démesurés, comme Facel-Vega , en 1965, qui avait décidé d’offrir totalement le changement de moteur à ses clients", explique Bertrand Rakoto, consultant chez D3, aux Echos.

D. L.