BFM Business

La famille Lota se désengage de Corsica Ferries

La famille Lota cède sa participation aux cadres de Corsica Ferries.

La famille Lota cède sa participation aux cadres de Corsica Ferries. - ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

Une large majorité des actionnaires historiques du groupe vont céder leurs parts aux principaux cadres de Corsica Ferries emmenés par Pierre Mattei, le président du directoire.

C'est la fin d'une ère pour la famille Lota. Les principaux cadres de la compagnie maritime Corsica Ferries vont racheter aux actionnaires actuels, membres de la famille fondatrice, l'essentiel de leur participation, a indiqué ce mercredi le président du directoire Pierre Mattei dans un communiqué diffusé sur Twitter.

"Après une longue période de réflexion, une large majorité des actionnaires historiques du groupe Corsica Ferries a pris la décision de se désengager des affaires sociales", indique Pierre Mattei. "Dans ce cadre, Pierre Mattei, président du Directoire de Lota Maritime SA (société qui gère l'exploitation de la flotte Corsica Ferries, ndlr) depuis 1999, et les principaux cadres supérieurs ont proposé à ces actionnaires, qui l'ont acceptée, une offre de reprise partielle de leurs parts permettant d'acquérir le contrôle du groupe".

Jusqu'à présent, Lota Maritime SA était détenue par une holding familiale de droit suisse, propriété des quatre enfants du fondateur Pascal Lota, décédé en 2016. "Le siège social de la Corsica Ferries reste à Bastia, il n'y a pas de changement de gouvernance, la reprise se fait dans la continuité", a précisé à l'AFP une porte-parole du groupe.

"Perpétuer l'oeuvre du président Pascal Lota et de sa famille"

"Les repreneurs ont la ferme volonté de perpétuer l'oeuvre du président Pascal Lota et de sa famille, de garantir l'indépendance et le périmètre actuel de la compagnie ainsi que de continuer à cultiver ce qui a fait la force et la réussite de Corsica Ferries de nombreuses années", explique Pierre Mattei.

La compagnie aux couleurs jaune et bleu exploite 17 lignes vers la Corse, la Sardaigne et l'île d'Elbe et transporte annuellement environ 3,5 millions de passagers, notamment au départ de Toulon et Nice en France, mais aussi, sous le nom de Sardinia Ferries, au départ de ports italiens comme Gênes ou Livourne.

Corsica Ferries, qui exploite 13 navires, a réalisé en 2015, le dernier exercice disponible, un chiffre d'affaires de 225 millions d'euros. Selon le registre du commerce, il a dégagé sur cet exercice un résultat net de 49,3 millions d'euros. La société emploie 923 salariés, dont 744 navigants, et recrute 1700 personnes supplémentaires en saison. Elle est régulièrement pointée du doigt par les syndicats des compagnies françaises Méridionale et Corsica Linea comme pratiquant le "dumping social", ces bateaux n'étant pas sous pavillon français premier registre, qui garantit l'application du droit du travail français pour l'équipage.

P.L avec AFP