BFM Business

La Caisse des Dépôts va sortir de Sanef

La CDC se retire des autoroutes Sanef.

La CDC se retire des autoroutes Sanef. - Ilan Garzone - AFP

L’institution va vendre les 15% qu’elle détient dans le réseau autoroutier. Elle espère en retirer entre 700 et 800 millions d’euros.

La Caisse des Dépôts accélère ses ventes d’actifs. Après son retrait des clubs de vacances Belambra, la CDC a décidé, selon plusieurs sources, de se retirer des autoroutes Sanef (Nord et Est de la France). Depuis 2006 et la privatisation du réseau autoroutier, l’institution publique en détenait 15%. En juin, elle avait lancé une réflexion sur son maintien ou sa sortie du capital. Cette fois, la décision est prise. "Un processus de vente a bien été lancé" reconnaît une source proche de la Caisse des Dépôts.

Elle espère retirer de cette cession entre 700 et 800 millions d’euros, valorisant Sanef autour de 5 milliards d’euros. Les autoroutes du Nord et de l’Est de la France sont très rentables puisqu’elles ont réalisé 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2015 pour 1 milliard d’euros de marges. L’acheteur logique serait Abertis, premier gestionnaire des autoroutes espagnoles, et actionnaire de contrôle de Sanef à 52%. "Ils sont évidemment intéressés, lâche un bon connaisseur du dossier. Mais les négociations seront serrées". Des fonds d’investissement spécialisés dans les infrastructures de réseau seront aussi candidats.

Les assureurs ne vendront pas

Face à un actionnaire majoritaire, une participation minoritaire de 15% est difficile à vendre cher car elle n’offre aucun contrôle ni droit préférentiel. Cependant, Sanef affiche un rendement élevé pour ses actionnaires à qui elle reverse chaque année la quasi-totalité de ses bénéfices (293 millions d’euros en 2014) sous forme de dividendes. Les assureurs présents au capital comme CNP, Prédica (Crédit Agricole) et Axa l’ont d’ailleurs bien compris et souhaitent continuer l’aventure. "Ils n’ont pas l’intention de vendre" assurent plusieurs sources proches de chacun d’entre eux. Reste à savoir ce que fera la famille Peugeot également actionnaire à 5% à travers son fonds d’investissement FFP. Mais là encore, peu de chances qu’ils sortent de Sanef tant l’investissement est rentable.

La Caisse des Dépôts, elle, a besoin de liquidités pour rééquilibrer ses comptes malmenés par la faiblesse des taux d’intérêt. En parallèle, elle doit en plus verser une rémunération élevée de 0,75%. Son directeur général, Pierre-René Lemas accélère la rotation de ses participations. Il vient de vendre 4% de Veolia et le contrôle de Transdev. La CDC va davantage se concentrer sur les infrastructures, plus sûres et rentables, comme l’aéroport de Lyon ou le Réseau de Transport d’Electricité (RTE). Deux cas emblématiques qui voient la Caisse des Dépôts se substituer au désengagement de l’État ou d’une entreprise publique comme EDF.

Matthieu Pechberty