BFM Business

L'Europe automobile en voie de stabilisation?

Les ventes automobiles signent un très léger rebond en mai, avec de solides performances notamment chez Toyota (+11,8%)

Les ventes automobiles signent un très léger rebond en mai, avec de solides performances notamment chez Toyota (+11,8%) - TOSHIFUMI KITAMURA / AFP

Après 8 mois de baisse ininterrompue, le marché automobile européen semble vouloir se stabiliser, avec des tendances à nouveau positives en Allemagne et les succès de PSA et de Toyota.

Enfin un peu de répit. Après 8 mois de baisse d'affilée, les immatriculations en Europe au mois de mai se sont stabilisées, signant une très légère hausse de 0,1%, à 1,4 million de véhicules au total (+1.000 exemplaires par rapport à mai 2018).

Le bilan reste toutefois négatif depuis le début de l'année, avec une baisse globale de 2,1%. Les effets du passage aux nouvelles normes WLTP, et des effets de nettoyage de gamme et de stock chez les constructeurs sont plus longs que prévu à estomper. D'autant que beaucoup d'entre eux sont en plein renouvellement de leurs modèles, dont Renault, qui vient à peine de mettre en vente son best seller, la Clio V (2ème véhicule le plus vendu du continent). 

Tendances toujours favorables pour PSA

Ce n'est donc pas une surprise si le groupe Renault signe un mauvais mois de mai, avec des immatriculations en baisse de 3,7%, victime du renouvellement de sa gamme. Le second semestre dépendra donc beaucoup du succès de la Clio de 5ème génération, ainsi que de la nouvelle version du SUV Captur qui doit bientôt être présentée. Cela dit la dynamique de la marque Dacia est bien repartie après un petit coup de faiblesse ces derniers mois, notamment grâce à la nouvelle version du SUV Duster. Les ventes de la filiale de Renault grimpent même de 8,1% sur mai.

En revanche la croissance est toujours au rendez-vous pour PSA qui signe une progression de 4,3% sur le mois de mai. Si Peugeot et Opel restent en croissance (respectivement +2 et +1,1%), la vraie dynamique est encore une fois à chercher du côté de Citroën, avec une hausse de 13,7% . La gamme, totalement renouvelée, bénéficie du succès de la compacte C3, et des SUV C3 et C5 AirCross. Ces deux derniers modèles étant potentiellement les nouveaux best-sellers du segment SUV, tout comme l'a été ces dernières années l'inépuisable Peugeot 3008.

Contraste chez Volkswagen

Parmi les bonnes performances chez les constructeurs généralistes, à noter la très solide croissance de Toyota sur le mois de mai, avec une hausse de 11,8% et une part de marché de 5% en Europe. L'appétit pour les modèles hybrides grandit en même temps que l'offre, confirmant le bon positionnement du groupe sur les tendances actuelles. 

En revanche l'autre supergéant du secteur, Volkswagen, signe des performances très contrastées. Les ventes du groupe sont en baisse de 2,1% sur le mois dernier, mais avec des performances très disparates : Volkswagen et Audi reculent respectivement de 8,7 et 1,7%, alors que ses marques Skoda et Seat sont sur une dynamique bien plus positive, respectivement +3,8 et +13,9%. Reste qu'une voiture sur quatre vendue en Europe est fabriquée par le groupe Volkswagen... 

L'Europe du Sud à la traîne

Enfin certaines enseignes particulièrement en difficulté depuis le début de l'année confirment leur mauvaise passe en mai : Fiat-Chrysler (-8,1%), Ford (en pleine restructuration et renouvellement de sa gamme, -4,1%) et encore Nissan, en repli de 17,8% sur mai (sa part de marché tombe à 2,3%).

A noter parmi les zones géographiques que c'est toujours l'Europe de l'Est qui est source de dynamisme (une croissance de 6,2% sur le mois), ainsi que l'Allemagne qui signe un vrai retour à la croissance (+9,1%), et la France (+1,2%). Les pays d'Europe du Sud en revanche connaissent une phase plus compliquée, avec des reculs de 7,3% en Espagne et 1,2% en Italie. Le Royaume-Uni, lui, baisse de 4,6%. Des tendances qui, dans l'ensemble, laissent augurer d'une fin 2019 un peu plus positive, et d'un marché qui devrait rester stable sur l'ensemble de l'année.