BFM Business

GM et Honda s'associent pour fabriquer des piles à hydrogène

Le constructeur japonais Honda commercialise déjà une berline fonctionnant grâce à une pile à hydrogène : la Clariry Fuel-Cell.

Le constructeur japonais Honda commercialise déjà une berline fonctionnant grâce à une pile à hydrogène : la Clariry Fuel-Cell. - Honda Motors Press

Le constructeur automobile américain General Motors et son homologue japonais Honda ont décidé de bâtir une unité de production commune afin de fabriquer en masse, dès 2020, des motorisations fonctionnant à l'hydrogène.

Après les technologies hybrides et 100% électriques, le moteur à hydrogène est le prochain défi de l'industrie automobile. Déjà partenaires dans le développement de cette technologie, General Motors et Honda ont décidé d'investir 85 millions de dollars (80 millions d'euros) chacun pour bâtir une usine commune dans le Michigan (nord-ouest des États-Unis). Les deux constructeurs espèrent produire, dès 2020 et à grande échelle, des moteurs fonctionnant grâce à ce procédé.

Leur unité de production, appelée "Fuel Cell System Manufacturing" (FCSM) sera installée sur un site déjà existant et exploité par General Motors, à Brownston, au sud de Detroit, la capitale de l'automobile américaine. Selon les deux firmes, la fabrication en grande série de piles à hydrogène (ou piles à combustible) devrait permettre de créer une centaine d'emplois. Alternative aux moteurs thermiques fonctionnant à l'essence, au diesel ou encore au GPL, les moteurs fonctionnant grâce à une pile à combustible transforment l'hydrogène en électricité et ne rejettent que de la vapeur d'eau.

Toyota et Hyundai équipent aussi leurs modèles 

"Le développement futur de cette technologie pour les véhicules transportant des passagers va créer des opportunités de transport différentes et respectueuses de l'environnement pour les consommateurs" affirme Mark Reuss, le vice-président de GM en charge du développement produit.

General Motors et Honda, qui vend sur certains marchés sa Clarity Fuel-Cell, une berline familiale équipée d'une pile à combustible, ne sont cependant pas les premiers à croire en l'hydrogène. Toyota commercialise depuis deux ans la Mirai, un modèle concurrent, mais ses ventes sont confidentielles. Comme celles du 4x4 coréen Hyundai ix35 fuel-cell. 

Développer le réseau de distribution d'hydrogène

Les équipementiers automobiles se sont également saisis du sujet. En France, Plastic Omnium s'est associé récemment à une start-up israélienne. Ensemble, les deux entreprises comptent développer un réservoir capable de recevoir ce gaz instable qu'est l'hydrogène, en toute sécurité. Encore faut-il développer le réseau de distribution. 

Certains pays, comme l'Allemagne et le Japon, disposent de quelques stations-services délivrant de l'hydrogène. En France, ces installations sont quasi-inexistantes. À Paris, il n'en existe qu'une seule, installée près du Pont de l'Alma par Air Liquide. Un groupe qui se voit déjà, comme Total aujourd'hui, à la tête d'un réseau mondial de distribution d'hydrogène. 

Antonin Moriscot avec Mathieu Sévin