BFM Business

Fin de Carrier, le dernier constructeur français de cars

Le site de production de Carrier est basé à Alençon.

Le site de production de Carrier est basé à Alençon. - -

Le tribunal de commerce d'Alençon a prononcé, ce mardi 28 janvier, la liquidation judiciaire du groupe. 180 emplois sont menacés par cette décision.

Le dernier constructeur français de cars n'est plus. Ce mardi 28 janvier, le tribunal de commerce d'Alençon a, en effet, prononcé la liquidation judiciaire de Carrier, selon un communiqué de la préfecture de l'Orne.

"Les conditions d'exploitation de Carrier par la maison mère, Fast Concept Car (FFC), de même que l'attitude de la famille dirigeante de cette société, n'ont jamais facilité ni l'action de l'administrateur judiciaire, pas plus que celle des Collectivités territoriales ni celle de l'Etat", déplore la préfecture dans ce communiqué.

7 millions d'euros de pertes sur deux ans

Le groupe Carrier emploie 181 personnes. L'entreprise avait été placée en redressement judiciaire en novembre 2013 puis mise en vente.

Les salariés, qui redoutaient cette décision en l'absence de repreneur, ont défilé ce mardi dans les rues d'Alençon pour manifester leur désarroi. Ils accusent les dirigeants d'avoir volontairement plombé l'entreprise. La direction avance pour sa part des problèmes de productivité sur de nouveaux modèles.

Selon la CGT, la société affichait sept millions d'euros de pertes sur deux ans à fin 2013. Toujours selon la centrale syndicale, FFC, qui avait racheté l'entreprise en 2000, a refusé de réinjecter des fonds pour relancer la société.

Avant d'être mise en difficulté, l'usine d'Alençon produisait 400 cars et autobus par an.

J.M. avec AFP