BFM Business

Ferrari ouvre un parc d'attractions en Chine

Vue aérienne du dôme géant du Ferrari World de Dubaï.

Vue aérienne du dôme géant du Ferrari World de Dubaï. - Ferrari World - AFP

"La marque au cheval cabré vient de signer un accord préliminaire avec un partenaire chinois pour ouvrir un parc d'attractions aux abords d'une des quatre plus grandes villes du pays."

Ferrari veut speeder les Chinois. La marque au cheval cabré s'apprête à ouvrir un parc d'attraction dans leur pays. Un accord préliminaire vient d'être signé entre le constructeur et Beijing Auto dans ce but. Les discussions viennent de commencer. Le parc se situera près d'une grande ville qui n'a pas encore été choisie entre Pékin, Shanghai, Guangzhou et Shenzen.

Ce parc chinois sera donc le troisième pour le constructeur de voitures de sport qui s'est lancé dans ce type de divertissements en 2010 à Dubaï. Les visiteurs s'y retrouvent sous un immense dôme rouge de 86.000 mètres carrés. Ils peuvent profiter d'un vingtaine d'attractions parmi lesquelles un simulateur de course ou encore les montagnes russes les plus rapides du monde. L’endroit a coûté plus de 30 milliards d’euros et peut accueillir près de 10.000 personnes.

Ferrari en difficulté en Chine

Un autre est encore en construction en Espagne. Le chantier de Ferrari World y a démarré en mai 2015. En misant sur sa renommée, la marque associée au spécialiste du genre PortAventura espère dépasser les 5 millions de visiteurs en 2017 (contre 4 millions à l’heure actuelle), année où le chantier devrait être achevé. Montant de l’investissement: 100 millions d’euros.

Le groupe, qui limite volontairement sa production de voitures, réfléchit actuellement à la manière de se diversifier en développant les produits dérivés (montres, appareils électroniques, etc.) parés de son prestigieux emblème. Le constructeur doit faire face à la concurrence de Bugatti, Porsche et Lamborghini, en particulier en Chine.

Le cabinet d'analyse Market Realist avait récemment souligné que les investisseurs étaient déçus du "manque de stratégie" de Ferrari en Chine, où ses ventes -qui ne représentent que 5% de ses ventes totales- ont chuté de 22% en 2015, alors que c'est "le plus grand marché automobile au monde et avec le plus grand potentiel".

N.G.