BFM Business

Et si les vendeurs d'alcool étaient les grands bénéficiaires de la voiture autonome?

Concept de Tesla Model S autonome développé par Rinspeed XchangE.

Concept de Tesla Model S autonome développé par Rinspeed XchangE. - Rinspeed XchangE

Selon Morgan Stanley, l'émergence de la voiture autonome devrait permettre aux ventes de boissons alcoolisées de progresser de 80% ces dix prochaines années.

Boire ou conduire, il faut choisir. Mais peut-être plus pour longtemps. C'est du moins l'analyse que fait la banque Morgan Stanley qui prédit un avenir radieux aux fabricants et vendeurs de boissons alcoolisées. Elle estime en effet que sur les dix prochaines années, les ventes d'alcool pourraient grimper de 80% dans le monde. Et ce alors que la consommation mondiale tend à se contracter depuis quelques années avec notamment un recul de 1,3% du marché des boissons alcoolisées en 2016.

Sauf qu'une technologie nouvelle devrait arriver massivement ces prochaines années et elle pourrait changer notre rapport à l'alcool: la voiture autonome. "Les véhicules autonomes et en partage pourraient étendre le marché potentiel des boissons alcoolisées en réduisant le risque d'accidents et de mourir sur la route", estime Adam Jonas, analyste chez Morgan Stanley dans une note. 

De l'alcool dans 29% des accidents mortels

Le raisonnement est simple: le fait de ne plus avoir à conduire soi-même pour rentrer de soirée devrait désinhiber les consommateurs d'alcool. "Cela devrait avoir une influence sur les ventes d'alcool en magasin ainsi que dans les restaurants, anticipe Adam Jonas. Il va y avoir de vraies opportunités de croissance pour les firmes qui produisent de l'alcool et les magasins, notamment sur les bières et les alcools haut de gamme." 

Pour étayer sa prévision, l'analyste cite notamment les statistiques d'accidents de la route aux États-Unis. En 2015, l'alcool était présent dans 29% des cas d'accidents mortels. Avec l'arrivée sur le marché de véhicules autonomes, ce chiffre devrait baisser dans les années à venir et tendre vers zéro lorsque le parc automobile sera complètement autonome. 

Morgan Stanley estime qu'au niveau mondial, 600 milliards d'heures sont passées en voiture et 380 milliards à consommer de l'alcool. "Il y aura donc de plus en plus d'opportunités de boire avant de monter en voiture voire de boire en voiture", selon Adam Jonas. Selon lui, le marché mondial des boissons alcoolisés qui était de 1500 milliards de dollars en 2016 pourrait donc grimper à 2700 milliards d'ici 10 ans.

21 millions de voitures autonomes d'ici 2035

Une prévision qui semble toutefois très optimiste. Notamment sur le développement du parc mondial de voitures autonomes. Selon l'estimation du cabinet IHS, le nombre de voitures autonomes en circulation pourrait atteindre les 21 millions, mais pas avant 2035. Un vrai succès certes mais sur 20 ans. Et surtout, la part serait encore marginale dans le parc global, qui se situe aux alentours de 1,7 milliard d'unités dans le monde. L'influence d'une minorité de voitures sera-t-elle si importante sur le marché des boissons alcoolisées?

Par ailleurs, la consommation d'alcool a baissé ces dernières décennies dans la plupart des pays. En France, elle a chuté de moitié entre 1961 et 2010 passant de 26 à 12 litres d’alcool pur par an et par habitant de plus de 15 ans. Une évolution liée aux nouvelles habitudes de consommation (on boit moins souvent du vin mais de meilleure qualité) ainsi qu'à une sensibilisation accrue aux questions de santé. La baisse de la consommation d'alcool s'inscrit dans une tendance plus globale de recherche de meilleurs produits comme le sans sucre, le bio, les fruits et légumes. La peur de l'accident de la route est peut-être dans ce contexte un peu sur-évaluée.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco