BFM Business

EADS: ses choix stratégiques pour la commercialisation de l'A400M

Pour assurer la commercialisation de l'A400M, Airbus a dû se réorganiser.

Pour assurer la commercialisation de l'A400M, Airbus a dû se réorganiser. - -

L'armée française réceptionne, ce 30 septembre, le premier exemplaire de cet avion de transport. EADS n'a pas abandonné sa stratégie de développement dans le secteur de la défense, mais a choisi de se réorganiser pour faire face au contexte économique actuel.

Avec 4 ans de retard et un surcoût de 6,2 millions d'euros, EADS a livré officiellement ce 30 septembre son premier A400M à l'armée de l'air française.

Avec déjà 174 modèles commandés par 7 pays, l'avionneur table sur 400 exportations dans les trente prochaines années. A terme, l'A400M doit remplacer les vieux Transal pour le transport des troupes.

Malgré la baisse des budgets militaire de différents Etats européens, le groupe n'a pas abandonné sa stratégie de développement dans le secteur de la défense. EADS s'est réorganisé pour faire face au contexte économique actuel.

"Notre grand concurrent Boeing a rassemblé ses activités civiles et militaires en deux grands départements. Et bien nous faisons la même chose. Désormais nous aurons un Airbus civil (le groupe va changer de nom le 1er juillet 2014, NDLR) et un Airbus militaire. Ce qui veut dire que l'A400M, qui dépendait de la partie Airbus civil en a été retiré pour être replacé dans la dimension militaire", explique à BFMBusiness Loïc Tribot La Spière, le délégué général du Centre d'Etude et de Prospective Stratégique.

Une offre unique

Mathématiquement l'offre militaire d'EADS a significativement augmenté. "C'est un signal fort envoyé. On a pris conscience que les marchés se réduisaient, donc il faut tout simplement rassembler les acteurs pour qu'il y ait une offre unique", ajoute Loïc Tribot La Spière.

Dans cette dimension-ci, EADS a parfaitement compris qu'il fallait peser lourd, non pas pour constater que les budgets s'effondrent mais pour être encore plus gagnants, faire des acquisitions et se rapprocher.

Mathieu Sévin avec C.C.