BFM Business

Déjà 76 commandes pour cet avion supersonique conçu par un ancien d'Amazon

L'entreprise a d'ailleurs dévoilé un nouveau design pour son jet de ligne

L'entreprise a d'ailleurs dévoilé un nouveau design pour son jet de ligne - Boom Aerospace

La start-up aéronautique Boom, créée par un ancien cadre d'Amazon, vient de révéler qu'elle avait reçu 76 commandes pour son avion supersonique, qui pourrait entrer en service d'ici 2023.

Cette fois, c'est du sérieux. Quatorze ans après l'arrêt du Concorde, il semblerait que le vol de ligne supersonique fasse bientôt son retour. La start-up américaine Boom basée dans le Colorado vient de révéler à l'occasion du Bourget que 76 commandes avaient déjà été passées par des compagnies aériennes. Au total, cinq compagnies sont concernées, dont Virgin Atlantic qui a commandé à elle seule 10 avions. Et si la plupart ont été passées par une compagnie qui n'existe pas encore (Boom n'a pas révélé son nom), on note tout de même un engouement pour les vols supersoniques. 

L'entreprise a d'ailleurs à cette occasion dévoilé un nouveau design pour son jet de ligne. Des détails peu visibles pour un néophyte (hormis la présence de nouvelles entrées d'air à l'arrière) mais qui amélioreront la stabilité de l'appareil, assure la compagnie qui a effectué de nombreux tests de résistance depuis qu'elle a révélé son premier prototype en 2016

-
- © -

Avec son aile en delta et son nez pointu, le triréacteur a de grandes ressemblances avec le Concorde. Comme l'avion mythique, il n'est d'ailleurs pas très grand puisqu'avec ses 51 mètres de long, il ne pourra accueillir qu'une cinquantaine de passagers. Mais il volera encore plus vite que le Concorde puisque Blake Scholl, la patron de la start-up, promet une vitesse de pointe de Mach 2,2, soit plus de 2700 km/h. Il pourrait ainsi relier Paris à New York en à peine plus de 3 heures, contre près de 8 heures aujourd'hui. Le tout pour le tarif d'un billet en business, soit 2500 dollars (2250 euros) l'aller simple.

Et si le nom Boom n'est peut-être pas très heureux (il fait référence au "bang" sonique mais peut aussi faire penser à une bombe...), le projet a l'air plutôt sérieux. À 36 ans, Blake Scholl, le fondateur de la société, a fait une bonne partie de sa carrière chez Amazon où il était en charge du marketing digital. Il a ensuite créé la société Kima Labs spécialisée dans les applis de commerce revendue en 2012 à Groupon. De l'internet à l'aéronautique, un parcours qui n'est pas sans rappeler un certain Elon Musk...

Peut-être un jour 100 dollars le billet

Basée à Denver dans le Colorado, l'équipe de Boom est composée d'anciens ingénieurs de la Nasa, de Lockheed Martin et de Boeing. Un prototype entièrement conçu en fibre de carbone est en train d'être assemblé à l'aéroport de Centennial près de Denver. Le premier vol d'essai est prévu pour 2018. En ce qui concerne l'exploitation commerciale, Scholl parle désormais de 2023 ou 2024.

La société, qui a déjà levé 41 millions de dollars espère bien être la première à s'imposer sur ce segment du voyage supersonique. Car si les prétendants sont nombreux, certains projets relèvent plus de la science-fiction que de l'aviation commerciale. Ce qui n'est pas le cas de Boom, qui a conçu un avion relativement simple en fibre de carbone afin de lui permettre de consommer 30% de carburant en moins que le Concorde. Pour le reste, Boom compte utiliser les technologies de motorisation disponibles sur le marché (avionique Honeywell). 

Et le fondateur de la start-up ne vient pas d'Amazon pour rien. Blake Scholl, qui avoue nourrir une certaine frustration de ne jamais avoir pris le Concorde espère faire baisser rapidement le prix du billet. "Je veux que les gens puissent se rendre partout dans le monde en moins de 5 heures pour 100 dollars", explique-t-il. Pour cela, il faudra vendre un peu plus que 76 avions.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco