BFM Business

Covid-19: la suspension des vols entre la France et le Brésil effective jusqu'au 19 avril

Un avion de la compagnie Air France, le 24 mars 2020, sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, près de Paris

Un avion de la compagnie Air France, le 24 mars 2020, sur le tarmac de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle, près de Paris - Thomas SAMSON © 2019 AFP

Des "vols particuliers ou indirects" sont envisagés pour permettre le rapatriement des ressortissants français actuellement au Brésil.

La suspension des vols entre le Brésil et la France en raison des inquiétudes autour du variant brésilien du Covid-19 est prévue jusqu'au 19 avril, selon le décret paru ce mercredi au Journal officiel.

"Eu égard à la situation sanitaire au Brésil (...), les déplacements de personnes en provenance de ce pays vers le territoire de la République sont, à l'exception de ceux nécessaires au transport de marchandises, interdits jusqu'au 19 avril 2021 à zéro heure", est-il indiqué dans l'article 1er de ce décret.

Le Premier ministre Jean Castex avait annoncé mardi, lors de la séance de questions au gouvernement à l'Assemblée nationale, que le gouvernement avait "décidé de suspendre jusqu'à nouvel ordre tous les vols entre le Brésil et la France".

Des "vols particuliers" pour les Français?

Le secrétaire d'État Clément Beaune a indiqué mercredi sur France 2 que la France étudiait des solutions de rapatriement du Brésil pour ses ressortissants, via des "vols particuliers ou indirects", ainsi que la possibilité de vérifications plus poussées, pour de "petits volumes de passagers", des quarantaines demandées à l'arrivée en France.

La situation sanitaire n'a cessé de s'aggraver au Brésil depuis février en raison de l'émergence d'un variant local du virus, appelé P1, considéré comme plus contagieux et plus mortel, mais encore très minoritaire en France.

De nombreux responsables de l'opposition, surtout à droite, ont réclamé mardi la suspension des vols avec le Brésil ou une mise en quarantaine plus stricte.

M.D. avec AFP