BFM Business

Course au rachat de Pep Boys: Carl Icahn prend la tête

Carl Icahn fait de la surenchère.

Carl Icahn fait de la surenchère. - Neilson Barnard - AFP

Le milliardaire américain veut racheter l'équipementier automobile. Il a surenchéri sur la dernière offre faite par le fabricant de pneus japonais.

Pep Boys-Manny, Joe & Jack attire les convoitises. Le milliardaire et homme d'affaires américain Carl Icahn a repris la main dans la course au rachat de l'équipementier automobile, également convoité par le fabricant de pneus japonais Bridgestone. Carl Icahn a décidé de surenchérir sur la dernière offre faite par Bridgestone sur Pep Boys, selon un communiqué adressé lundi au gendarme de la Bourse américain, la SEC.

Il propose désormais 18,50 dollars par titre Pep Boys en numéraire, contre 17 dollars au groupe nippon qui espérait avoir emporté la mise le 24 décembre. L'offre de l'investisseur activiste américain valorise le distributeur à un peu plus de 1 milliard de dollars contre 947 millions pour Bridgestone. A Wall Street, les investisseurs saluaient ce nouveau coup de théâtre en faisant bondir de plus de 6% le titre Pep Boys dans les échanges électroniques suivant la clôture de la séance.

Bataille d'enchères

Carl Icahn affirme être prêt à une nouvelle surenchère si besoin. Bridgestone, qui ambitionne d'accélérer son développement aux États-Unis, avait annoncé fin octobre être en négociations exclusives en vue de racheter Pep Boys, avec un prix proposé à l'époque de 15 dollars par action. Carl Icahn était toutefois venu contrecarrer ce plan en annonçant début décembre être rentré au capital de la société américaine et vouloir faire une contre-offre.

Les deux prétendants se sont depuis lancés dans une bataille d'enchères. L'opération doit permettre au groupe nippon de renforcer BSRO, son réseau de vente de détail aux États-Unis qui comprend quelque 2.200 centres vendant pneus et autres équipements sous les enseignes Firestone Complete Auto Care, Tires Plus, Hibdon Tires Plus et Wheel Works.