BFM Business

Comment Uber compte vérifier que ses chauffeurs portent un masque

Interrogé dans Tech&Co, sur BFM Business, le DG d'Uber France est revenu sur les mesures mises en place pour assurer la sécurité des clients et des chauffeurs pendant les courses.

Rassurer les clients. C'est le mot d'ordre des entreprises de VTC et notamment Uber qui espère relancer son activité en France après deux mois de confinement. 

A l'échelle mondiale, le groupe américain Uber a perdu près de 3 milliards de dollars au premier trimestre tandis que ses réservations ont baissé de près de 80% en avril, l'obligeant à licencier 14% de son personnel.

La reprise est donc majeure pour le VTC, qui compte imposer toutes les mesures nécessaires sur le plan sanitaire. "Pour nous, la reprise, ça se centre autour de la sécurité" détaille Steve Salom, DG d'Uber France, dans Tech&Co, ce mercredi. "C'est aussi un protocole sanitaire qu'on essaye de s'assurer qu'il soit suivi à travers l'utilisation de la technologie." 

Une des méthodes est une sorte de reconnaissance faciale dans l'application des chauffeurs Uber. "Avant de passer en ligne, ils seront dans l'obligation de se prendre en photo et on va pouvoir vérifier si la personne qui va être derrière le volant est vraiment en train de porter un masque" poursuit Steve Salom. Ensuite, les utilisateurs, comme les chauffeurs, pourront notifier si l'autre portait bien un masque pendant la course.

De cette façon, le géant du VTC espère bien rassurer sa clientèle, d'autant que ces premiers jours de déconfinement sont encourageants. "On a des signaux qui sont (...) très positifs" assure Steve Salom.

Thomas Leroy