BFM Business

Comment les Etats-Unis assurent la survie de Boeing en multipliant les commandes militaires

-

- - Boeing

Depuis le début de l'année, les activités de défense du géant américain ont engrangé plus de 30 milliards de dollars de commandes. Une vraie bouée de sauvetage pour le constructeur aérien en grande difficultés financières.

Boeing sous perfusion. Le groupe américain, qui affiche des pertes considérables, peut compter sur la bienveillance de l'Etat américain qui a multiplié les contrats pour le secteur de la défense. Selon les calculs de la Tribune, le constructeur aurait ainsi obtenu 31 milliards de dollars de commandes potentielles depuis le début de l'année.

Les contrats se sont enchaînés: douze d'entre eux dépassent les 100 millions de dollars. Mais le plus important reste celui du nouvel avion de combat F15 EX. Mi-juillet, le ministère de la Défense américain a ainsi annoncé un contrat de 1,2 milliard de dollars pour la livraison de huit avions au cours des trois prochaines années. Surtout, ce contrat ouvre la voie à une commande énorme de 144 appareils pour un montant potentiel dépassant les 24 milliards de dollars sur douze ans. A ces 31 milliards de dollars de commandes, il faut encore ajouter les contrats où Boeing est impliqué, au sein d'un consortium de plusieurs fabricants. Ces contrats représentent 24,84 milliards de dollars.

Des pertes énormes

Pour Boeing, c'est certainement une énorme bouffée d'air frais. Car côté aviation civile, les chiffres sont catastrophiques. Déjà affaibli par les déboires de son 737 MAX, toujours cloué au sol, le constructeur américain a aussi subi de plein fouet la crise aérienne déclenchée par la pandémie. Résultat : il n'a livré que 20 appareils depuis le début de l'année et a vu son chiffre d'affaires chuter de 25% rien qu'au deuxième trimestre, affichant surtout une perte de 2,4 milliards de dollars sur ces trois mois.

Les fastueux contrats militaires ne manqueront pas d'alimenter le contentieux entre Boeing et Airbus, qui s'affrontent depuis des années à l'OMC à propos des subventions publiques que chacun reçoit. Fin juillet, Airbus a annoncé son intention de solder ce différend qui pèse sur les balances commerciales européennes et américaines en raison des sanctions commerciales. Mais pour Boeing ces subventions déguisées sont désormais vitales.

Thomas Leroy