BFM Business

Clap de fin pour le mythique Combi de Volkswagen

Le Combi Volkswagen existe depuis 1950.

Le Combi Volkswagen existe depuis 1950. - -

Ce vendredi 20 décembre marque la fin d'une épopée : le tout dernier Combi sort des chaînes de production au Brésil. Retour sur ce modèle phare de Volkswagen qui, avec ses 63 ans, détient le record mondial de longévité.

C'est la fin d'une époque. Cheveux longs, vêtements colorés, peace and love … Le Combi de Volkswagen incarnait cette période hippie, symbole de liberté. Même Jean-Marc Ayrault en a acheté un ! Mais le rêve prend fin. Ce véhicule mythique disparaît définitivement des chaines de production, ce vendredi 20 décembre.

Pour dire adieu à ce modèle qui détient le record mondial de longévité, une édition spéciale a été lancée. Face à l'intérêt suscité, le constructeur allemand a accepté de doubler, à 1.200, le nombre d'unités de cette série limitée, destinée exclusivement au marché brésilien, a indiqué un porte-parole à l'AFP.

Sa dernière édition, aux tons bleu et blanc est vendue 85.000 réaux, soit environ 27.000 euros. Et elle cède un tout petit peu à la modernité en intégrant un lecteur mp3.

L'histoire du Combi de Volkswagen

Cette camionnette à moteur arrière, baptisée "Combi" en France, "Kombi" au Brésil ou encore "Bulli" en Allemagne, est née du coup d'œil d'un importateur néerlandais, Ben Pon. Lors d'une visite au siège de Volkswagen, à Wolfsburg, en 1947, il remarque un véhicule bricolé par des ouvriers de l'usine pour charger du matériel.

Séduit, il en tire une esquisse et finit par convaincre Volkswagen qui en démarre la production en série en mars 1950, créant ainsi le deuxième modèle de la jeune histoire du groupe, après la Coccinelle. Le Combi s'appuie d'ailleurs largement sur cette dernière, à qui il emprunte le moteur et les essieux.

Le Combi victime des normes

Les atouts ne manquaient pas, malgré son manque de confort et sa relative lenteur: sa robustesse, son petit prix et la simplicité des réparations ont séduit les conducteurs. Avec sa version de 1967, dite T2, il connaît un succès planétaire.

Mais avec l'arrivée de nouvelles normes de sécurité et des nouvelles attentes des clients, le T2 cède le pas à des versions modernes d'utilitaires, dont la dernière en date, le T5, est bien éloignée des lignes arrondies de son ancêtre.

Sa production s'éteint en Allemagne en 1979, puis en Afrique du Sud et au Mexique pour ne subsister qu'au Brésil, qui exporte dans le reste de l'Amérique latine. Mais là aussi, les règles en matière d'émissions polluantes et de sécurité prévues pour entrer en vigueur en 2014 finissent par avoir raison du vétéran.

Diane Lacaze avec AFP