BFM Business

CDG Express: Keolis et Transdev sur les rails

La ligne CDG Express doit relier Roissy à Paris en 20 minutes

La ligne CDG Express doit relier Roissy à Paris en 20 minutes - Kenzo Tribouillard - AFP

L'État a bouclé lundi son appel à manifestation d'intérêts pour l'exploitation de la futur liaison express entre le centre de Paris et son principal aéroport. Transdev est venu rejoindre à la dernière minute la filiale de la SNCF.

Les prétendants sont désormais connus. Lundi soir, l'État a achevé son appel à manifestation, première étape pour désigner la société ferroviaire qui exploitera le Charles-de-Gaulle Express, la liaison qui doit relier le principal aéroport de Paris au centre de la capitale en 20 minutes d'ici à 2023.

Selon plusieurs médias, dont MobiliCités, le groupe de transports français Transdev s'est porté candidat à la dernière minute. La société s'est associée pour cela à deux fonds d'investissement: Mirova (filiale investissement responsable de Natixis Asset Management) ainsi que le fonds de modernisation écologique des transports géré par Demeter Partners.

Keolis et la RATP comme concurrents

Transdev est déjà présent à l'aéroport de Roissy puisque le groupe opère le métro automatique CDG Val qui relie les différents terminaux de l'aéroport.

Le groupe spécialisé dans les transports collectifs aura un sérieux concurrent en la personne de Keolis, filiale de la SNCF, qui s'est pour l'occasion alliée à la RATP. Fait rare tant ces deux groupes publics ont l'habitude d'être concurrents lors des appels d'offres. La RATP et la SNCF, qui avaient rendu public leur intérêt pour l'exploitation du CDG Express le 1er février dernier, exploitent déjà en commun le RER B qui relie déjà l'aéroport de Roissy à la capitale.

J.M.