BFM Business

Cazeneuve lance 22 mesures pour enrayer le vol de voitures

Pour lutter contre les vols de voiture, Bernard Cazeneuve a annoncé le lancement d'opérations de sécurisation ciblées.

Pour lutter contre les vols de voiture, Bernard Cazeneuve a annoncé le lancement d'opérations de sécurisation ciblées. - Jacques Demarthon - AFP

Le ministre de l'Intérieur a officiellement lancé, ce 2 octobre, le plan gouvernemental destiné à enrayer les vols de voitures et de pièces détachées, qui ont représenté un préjudice plus de 1 milliard d’euros l’année dernière.

En 2013, 553.000 vols de voitures ou de pièces détachées ont été recensés sur le territoire pour un préjudice estimé par les assurances à 1,2 milliard d'euros. 

Ce jeudi 2 octobre, lors d’un déplacement dans la somme, le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve a présenté son plan destiné à mettre fin à ce phénomène.

Il comprend 22 mesures autant "préventives" que "répressives ou dissuasives", selon ce plan déjà amorcé cet été. Il est axé sur l'amélioration de la traçabilité des voitures et des pièces détachées, un meilleur contrôle des transactions de pièces détachées sur internet, et l'intensification de celui des immatriculations.

Un numéro de série pour identifier les engins volés

Ainsi, les constructeurs d'engins de chantiers ou agricoles devront dorénavant "marquer" ces véhicules d'un numéro de série. L'absence de marquage pose problème aux enquêteurs qui ont souvent du mal à identifier les engins volés, rendant plus facile leur passage aux frontières où des améliorations doivent aussi être rendues possibles au niveau européen, souligne le plan.

Les forces de l'ordre bénéficieront de lecteurs électroniques capables de détecter si les numéros de série des voitures ont été maquillés.

Il sera demandé aux services d'intensifier également le recours au système de lecture automatisé des plaques d'immatriculation (LAPI), qui permet de lire la plaque d'un véhicule et de savoir s'il a été volé.

Les pots catalytiques, dont les vols ont explosé en 2013 et qui sont prisés en raison de la présence à l'intérieur de métaux précieux (or et platine), seront désormais classés comme produits dangereux.

Une attention particulière sera également portée par les enquêteurs aux transactions de ces produits sur les sites de vente en ligne.

Des opérations de "sécurisation ciblées" seront "programmées", prévoit le plan. Policiers et gendarmes devront travailler main dans la main face à ces "phénomènes nouveaux" souvent l'oeuvre de réseaux criminels organisés, selon les forces de l'ordre.

C.C. avec AFP